Lutte contre les cambriolages: les caméras ANPR bientôt utilisées dans les enquêtes judiciaires en Brabant wallon

Les caméras ANPR photographient les plaques de toutes les voitures qui passent à cet endroit.
2 images
Les caméras ANPR photographient les plaques de toutes les voitures qui passent à cet endroit. - © Hugues Van Peel - RTBF

On les utilise déjà pour la perception de la taxe kilométrique des camions ou pour améliorer la sécurité routière, les caméras ANPR (Automatic Number Plate Recognition) seront bientôt employées à des fins judiciaires en Brabant wallon.

Ces caméras, qui filment en temps réel, prennent en photo les plaques d’immatriculation de toutes les voitures qui passent à proximité. Et couplées à différentes bases de données, elles livrent instantanément un paquet d’informations: véhicule volé ou signalé suspect dans une affaire, défaut d’assurance ou de contrôle technique, voiture d’une personne portée disparue... Dès qu’une correspondance apparaît, la police reçoit une alerte et peut alors se lancer à la poursuite de l’automobiliste.

Pister les cambrioleurs

Toutes les alertes ne mériteront cependant pas un départ immédiat, un tri sera opéré parmi la masse d’informations, en fonction des priorités définies par le parquet et les forces de l’ordre. Parmi ces priorités, la lutte contre les cambriolages: les caméras vont aider la police à pister les malfaiteurs.

"Généralement, les cambriolages se font par vagues, explique Sylvie Delvaux, cheffe de corps de la zone de police Orne-Thyle, qui couvre les communes de Chastre, Villers-la-Ville, Court-Saint-Etienne, Mont-Saint-Guibert et Walhain. On a parfois des témoignages sur des véhicules suspects. Et donc pour peu qu’on ait une immatriculation ou un début d’immatriculation, on peut, entre plusieurs zones ou au sein de la même zone, tisser des liens entre différents faits. Et donc on peut établir un dossier plus important. Cela permet de démanteler des réseaux et de diminuer le nombre de vols dans les habitations."

Un réseau d'une trentaine de caméras

En Brabant wallon, une grosse dizaine de caméras ANPR ont déjà été installées et il y en aura vingt de plus d’ici deux ans. C’est un réseau que le parquet, le gouverneur et la police ont souhaité mettre en place, pour faciliter le travail des patrouilles sur le terrain. Certaines zones ont par ailleurs décidé de s'équiper de caméras mobiles.

Les caméras fixes sont placées à des endroits considérés comme stratégiques ou problématiques. Il y a quelques mois, deux appareils ont ainsi été installés à l’entrée de Tourinnes-Saint-Lambert (commune de Walhain), à deux pas de l’autoroute E411, un point d’entrée et de sortie de la zone de police.

Bien sûr, il sera toujours possible de passer au travers des mailles du filet. Ces caméras de surveillance ne sont pas la panacée, elles sont un moyen technique supplémentaire dans un arsenal plus vaste. Mais elles ont déjà prouvé leur efficacité. Des informations récoltées en Flandre, par exemple, ont déjà permis de faire avancer des enquêtes sur des faits commis en Brabant wallon. Ces caméras peuvent aussi avoir un effet dissuasif.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK