Les champs de fleurs à couper: une approche différente pour un bouquet de fleurs

Les champs de fleurs à couper: une approche différente pour un bouquet de fleurs
3 images
Les champs de fleurs à couper: une approche différente pour un bouquet de fleurs - © Tous droits réservés

C'est un concept qui existe depuis longtemps en Allemagne ou encore en Suisse mais qui s'est développé plus récemment chez nous.  Ce sont les champs de fleurs à couper.  Plutôt que d'aller chez le fleuriste, on va couper soi-même ses tulipes ou ses glaïeuls, en n'oubliant de pas de verser quelques pièces dans une tirelire.

Nous nous sommes rendus à Chaumont-Gistoux, dans l'un des dix champs de fleurs à couper que compte aujourd'hui la Wallonie.  C'est un concept importé d'Allemagne par une famille d'agriculteurs installée en province de Namur.  Une approche de la création d'un bouquet de fleurs qui se veut totalement différente.  Pour Maria Bommers, gestionnaire du champs de fleurs à couper "c'est d'abord une promenade dans la nature, c'est une découverte, c'est une excursion en famille, c'est découvrir toutes les formes et les couleurs possibles, la joie de pouvoir choisir soi-même, de découper soi-même, c'est tout ça.  Et c'est une production locale aussi."

Avec le retour tant attendu du beau temps, les clients sont au rendez-vous.  Une habitante du village voisin découvre le champs pour la première fois.  Armée de son sécateur, elle trouve le concept très pratique: "On peut faire sa composition soi-même.  On peut faire un choix de couleurs.  C'est gai, c'est chouette, je reviendrai."

Le système repose uniquement sur la confiance envers le clients.  Une urne est située à l'entrée du champs pour recueillir les paiements mais elle n'accueille pas que de l'argent, explique Maximilian Bommers, cultivateur du champs de fleurs à couper: "Il y a beaucoup de gens honnêtes mais il y a aussi, malheureusement, un pourcentage de gens malhonnêtes qui payent avec des tickets de supermarché, des jetons de carwash ou encore des anciens francs belges par exemple."

Après les tulipes, ce sont les glaïeuls et les pivoines qui pourront se faire cueillir dans les prochaines semaines.  La saison se terminera par les tournesols qui devraient colorer le champs jusqu'au mois de septembre.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK