Les 9 communes impactées refusent l'interdiction des tracteurs sur la N25

Les 9 communes impactées refusent l'interdiction des tracteurs sur la N25
Les 9 communes impactées refusent l'interdiction des tracteurs sur la N25 - © DR

Début du mois de juillet, le Ministre wallon de la sécurité routière, Carlo Di Antonio, a demandé aux 9 communes du Brabant Wallon concernées de rendre un avis argumenté à propos de la circulation des convois agricoles sur la N25. Fin avril, le Ministre avait décidé unilatéralement d'interdire les convois agricoles sur cette route limitée à 120km/h à la suite de plusieurs accidents mortels. La raison ? La dangerosité de la différence de vitesse entre les voitures et les machines agricoles. Elles ont toutes rendu un avis défavorable. 

Des raisons évidentes pour les 9 communes 

D'abord parce que la décision a été prise sans consulter les autorités communales. Ensuite pour des raisons pratiques et liées à la sécurité. En effet, si les agriculteurs ne peuvent plus emprunter la N25, ils se retrouveront dans les petites rues des villages. Pour Raymond Evrard, échevin de la mobilité et de l'agriculture de la commune de Beauvechain, les tracteurs dans les villages, ce n'est pas possible : "Les machines actuelles ont des outils à l'avant et à l'arrière du véhicule. S'il y a une chicane, les agriculteurs devront faire des manœuvres importantes qui risquent à la fois de provoquer des bouchons dans les villages, mais aussi de nuire à la sécurité des citoyens. De plus, les routes sont étroites. Croiser des véhicules peut être compliqué". 

Plusieurs solutions envisagées 

Les bourgmestres ont demandé au Ministre Di Antonio de réaliser une étude pour objectiver les problèmes. Le processus, mené par le Service Public de Wallonie de la mobilité, est en cours. Le but est de trouver des solutions qui conviendraient à chacun. Plusieurs pistes sont sur la table : limiter la vitesse à 90km/h, augmenter le nombre de radars fixes sur le tronçon ou encore accentuer le nombre de contrôles.  

Les résultats de l'étude devraient tomber à l'automne prochain. En attendant, les machines agricoles peuvent toujours circuler sur cette N25. 

Manifestation d'agriculteurs sur la N 25 à Thines (Nivelles), le 03 mai dernier

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK