Le porc piétrain interdit à la foire de Libramont: une mesure qui fait mal

Les milliers de visiteurs de la 85e foire de Libramont ne verront pas de porc piétrain à ce week-end. La peste porcine africaine interdit le rassemblement des cochons. Les éleveurs du Piétrain comprennent cette mesure, même si elle fait mal.

Chez Henri Stas, on est sélectionneur de père en fils, à Piétrain, le village de Jodoigne où cette race belge est née en 1947. Son grand-père maternel, Jules Kaisin, est un des fondateurs du Pig-Book, le livre généalogique piétrain. Il y a inscrit la première truie. Henri Stas a le Piétrain dans le sang. Mais il comprend la décision d’interdiction de participer à la foire de Libramont. "Cette mesure a été prise quand il fallait le faire. C’est une sécurité pour nous pour que cela ne se propage pas."

Un coup dur pour le blanc bleu belge porcin

La foire agricole est toujours une importante vitrine pour les éleveurs et sélectionneurs. Henri Stas compte sur les concours porcins pour ramener un prix à la maison avec un de ses nouveaux mâles. Il y va depuis une trentaine d’années, depuis que le porc a fait son entrée à Libramont. C’est la première fois qu’il n’y participera pas. Il comprend la mesure. "C’est malheureux, mais c’est comme ça. Il faut l’accepter." Mais c’est aussi un coup dur. "Pour les sélectionneurs, la foire de Libramont est une publicité. On va sur le concours. On fait un prix. On parle de nous. Maintenant, on n’en parlera pas. En principe, c’est pour trois ans puisque les mesures prises sont des mesures européennes." Il espère que d’ici là la peste porcine africaine aura disparu.

La diversification en réponse à la crise

Henri Stas n’attend pas que la crise passe. Il s’est diversifié. "Nous avons mis en place un circuit court. Nous vendons des colis de viande du producteur au consommateur. En piétrain pur, je pense qu’il n’y a pas beaucoup de gens qui le font." Le porc brabançon wallon est une viande très maigre, très appréciée par les Belges. La vente à la ferme est une rentrée supplémentaire importante.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK