Le collège communal de Nivelles demande à Elia d'enfouir ses lignes à haute tension

Nivelles est concernée par cette ligne à haute tension sur le territoire de Bornival (illustration).
Nivelles est concernée par cette ligne à haute tension sur le territoire de Bornival (illustration). - © DR

Le collège communal de Nivelles a rendu public, jeudi, la position qu'il vient de prendre dans le cadre de la rénovation de la ligne à haute tension reliant Gouy, en Hainaut, à Oisquercq (Tubize). Cette ligne de 150 kV a été posée en 1960 et doit être renouvelée à l'horizon 2020. Avec les communes de Seneffe, Courcelles, Ittre et Tubize, Nivelles avait demandé à Elia d'étudier un nouveau tracé, avec enfouissement de la ligne le long du canal Bruxelles-Charleroi. Cette alternative n'a pas été retenue par l'opérateur et le collège communal de Nivelles a dès lors rendu un avis défavorable sur le projet d'Elia.

Nivelles est concernée par cette ligne à haute tension sur le territoire de Bornival. Elia Asset, après avoir écarté l'alternative suggérée par plusieurs communes pour des raisons techniques et financières, a maintenu sa demande de reconstruction de la ligne avec des poteaux de treillis métalliques et des câbles aériens. Le collège communal de Nivelles estime de son côté qu'une telle ligne électrique constitue une nuisance visuelle alors qu'enfouir les câbles apporterait une amélioration significative de la qualité paysagère, d'autant que la ligne passe à proximité de lieux de vie.

"Nous avons pris une position de principe : l'avenir de ce type de lignes, c'est d'être posées sous terre. Cela se fait de plus en plus dans d'autres pays européens", indique l'échevin nivellois du développement durable, Pascal Rigot (Ecolo).

L'avis des communes n'est cependant pas contraignant : ce sont les fonctionnaires délégués du Hainaut et du Brabant wallon qui prendront la décision finale, la ligne passant sur le territoire des deux provinces.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK