Le Café Recupel s'installe à LLN: recevez une bière, une soupe ou un café en échange de vos vieux électros

Au tableau de chasse du Café Recupel, toutes sortes d'objets du quotidien.
4 images
Au tableau de chasse du Café Recupel, toutes sortes d'objets du quotidien. - © Hugues Van Peel - RTBF

Un bar éphémère s’est installé pour deux jours sur la Grand Place de Louvain-la-Neuve, c’est le Café Recupel. Sympathique et conviviale opération de sensibilisation au gaspillage des ressources.

"C’est le premier café au monde où on ne paie pas avec de l’argent, on paie avec de vieux électroménagers, explique Gilles, le coordinateur de l’opération. Donc si vous avez à la maison un vieux GSM, une vieille cafetière ou un vieux sèche-cheveux, vous nous l’apportez. Et en échange, on vous offre une bière, un jus de pomme ou une soupe."

Récupérer les matières précieuses

Les objets récupérés sont ensuite envoyés dans des filières de recyclage. On peut ainsi, par exemple, en extraire les matières précieuses qui peuvent être réutilisées.

"C’est prouvé qu’en général, dans les foyers, il y a au moins cinq GSM qui ne fonctionnent plus et qui trainent dans les tiroirs. Et pourtant dans une tonne de GSM, on peut récupérer 300 grammes d’or en moyenne, c’est loin d’être négligeable."

"Les gens aiment bien stocker, c’est dans nos gènes, explique Tim, l’animateur qui endosse le costume d’une foreuse abandonnée pour interpeller les passants. On aime bien stocker parce qu’on se dit qu’on ne sait jamais, on pourra peut-être encore utiliser ces objets un jour. Mais non, en fait on ne les utilise plus."

10 kilos de déchets par an et par habitant

Créé en 2016, le Café Recupel rencontre un certain succès. Au départ, il s’adressait surtout aux étudiants, mais il vise aujourd'hui tous les publics.

"On sent que les gens sont plus réceptifs, poursuit Tim. On comprend de mieux en mieux que c’est important de ne pas tout jeter comme ça, qu’on peut essayer de réutiliser les composants, les métaux précieux."

La sensibilisation a évidemment toute son importance, car l’enjeu est énorme. Selon Recupel, 46 millions d’appareils inutilisés prendraient la poussière dans nos maisons. L’an dernier, l’ASBL a récolté en moyenne 10,3 kilos de déchets électroniques par habitant.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK