La ville de Wavre recommande à ses citoyens de porter un masque lors de leurs sorties

La Ville de Wavre encourage ses habitants à porter un masque lors de leurs sorties et déplacements nécessaires, indique-t-elle lundi dans un communiqué. Il s’agit de masques "alternatifs", les masques chirurgicaux et FFP2 devant toujours être réservés en priorité, vu la situation de pénurie, aux professionnels travaillant en première ligne.

Cet encouragement est l’initiative de deux membres de la majorité qui travaillent dans le secteur de la santé : l’échevin en charge de la santé Gilles Agosti, qui est infirmier urgentiste, et le conseiller communal Vincent Hoang, qui est cardiologue.

Un geste barrière supplémentaire

"Nous souhaitions officialiser ce qui se fait déjà chez nos citoyens. On voit des gens sortir avec une écharpe devant le nez et la bouche. La barrière anti-postillons, on l’appelle comme ça, est une mesure complémentaire qui peut s’avérer tout à fait nécessaire" explique Gilles Agosti. "Il ne faut pas avoir peur des masques. C’est un geste barrière supplémentaire", mais l’échevin et infirmier urgentiste insiste "il est ultra-important de rappeler que les masques chirurgicaux et FFP2 sont exclusivement réservés aux personnels de première ligne".

Les autorités communales wavriennes précisent que le port du masque à l’extérieur est une mesure complémentaire de protection, qui s’ajoute (mais ne se substitue pas) aux mesures de confinement, de distanciation sociale et du lavage fréquent des mains (minimum entre 40 à 60 secondes).

Une personne sur deux porte un masque

Notre journaliste, Benjamin Brone a pu constater ce mardi 7 avril, au lendemain de l’annonce de la ville de Wavre, qu’environ une personne sur deux porte un masque, ou un moyen alternatif comme une écharpe, devant la bouche et le nez pour se protéger. Une habitante qui se promène avec un masque chirurgical explique "qu’on est jamais assez prudent. Je le porte pour prendre un peu l’air car je ne vois personne et je ne vais pas dans les magasins". Une autre dame met une écharpe devant son nez et sa bouche "c’est mieux que rien". Un homme d’une quarantaine d’années pense que "la recommandation de la ville de Wavre devrait être faite au niveau national". Rappelons que les masques fait maison, écharpes, et autres dispositifs ne protègent pas le porteur mais les gens qui l’entoure en agissant comme "une barrière anti-postillons". Il est donc important de respecter les autres gestes barrières pour se protéger.

"Pas un message à l’encontre du discours du fédéral"

Pour Gilles Agosti, le message communal ne va pas à l’encontre du discours officiel : il constitue un encouragement à porter ces masques alternatifs, accompagné par ailleurs de recommandations pour les porter, les utiliser et les enlever de manière efficace. "On sait clairement que le port d’un masque, s’il est utilisé de manière adéquate sinon ça ne sert à rien, contribue à la diminution de la propagation du virus, comme toute autre barrière à postillons. Nous pensons que c’est tout à fait bénéfique pour une sortie de crise, c’est pour cela que nous l’encourageons", indique l’échevin wavrien de la santé.

Archives : Les masques sont-ils vraiment utiles ? 02/04/2020