La seconde main a le vent en poupe

D’année en année, le marché de la vente d’occasion grossit. Pour beaucoup de clients, acheter en seconde main et non neuf reste une nécessité économique. Mais pour d’autres, c’est d’abord un choix de consommation durable. La journaliste de Moustique Pauline Zecchinon signe l’article "seconde main, premier choix" dans le magazine de cette semaine. Elle était au micro d’Olivier Gilain pour en parler ce matin.

Durant tout l’été, les 7 décrochages régionaux de Vivacité mettent un coup de projecteur sur la presse locale. La RTBF vous propose le regard et la plume des journalistes de terrain, en Wallonie et à Bruxelles dans le cadre "#Restart", le plan de la RTBF lancé en soutien à la culture et aux médias, secteurs durement touchés par la crise du Covid 19.

"Il y a toujours des gens qui achètent en seconde main parce que c’est plus abordable, mais c’est aussi vraiment une volonté pour certains de consommer autrement", explique la journaliste Pauline Zecchinon. "On connaît les dérives de la fast fashion et de ses vêtements de moins en moins de qualité. Beaucoup de gens franchissent les portes des magasins de seconde main tout simplement parce qu’ils ont envie de consommer autrement et de ne pas être dans la surconsommation", continue-t-elle.

Le marché de la vente d’occasion connaît aussi un nouveau souffle avec les sites de vente en ligne comme Vinted ou Marketplace sur Facebook. "Les gens vont d’abord essayer d’y vendre leurs propres affaires avant de les donner à des entreprises d’économie sociale et solidaire comme les Petits Riens. On donne après ce qu’on n’a pas su vendre d’abord", expose la journaliste.


►►► Retrouvez le reportage dans son entièreté dans les pages du magazine Moustique, en librairie.


 

Le succès des sites de seconde main, dans notre JT du 7 décembre 2019

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK