La "Sans Grade", une petite bière qui dérange les grands du secteur

Depuis quelques années, de plus en plus de passionnés tentent l'expérience de la bière. Ils se lancent dans le brassage artisanal ou passent commande à des maîtres brasseurs. Ces particuliers obtiennent ainsi leur propre bière.

À Mont-Saint-Guibert, dans le Brabant wallon, Alain Daix a été séduit par l'idée. Depuis quelques années, il en rêvait. Alors, il a fait appel à la Brasserie Saint-Monon dans la région de Nassogne. Ensemble, ils ont créé la "Sans Grade". Mais les choses ne se sont pas déroulées comme prévu. Aujourd'hui, Alain est sous le coup d'une action en référé.

Une appellation considérée comme offensante

C'est l'étiquette qui pose problème, où plus précisément son contenu. L’appellation "Sans Grade" ainsi que la mention "bon vieux temps", on fait bondir la famille Grade et le géant Ab InBev. Tous deux sont liés à la bière "Vieux Temps". Le premier l'ayant inventée, le second la produisant actuellement.

À l'époque de la "Vieux Temps"

La "Vieux Temps", c'est cette bière ambrée, brassée durant plusieurs décennies à Mont-Saint-Guibert dans les brasseries Grade. Mais dans les années 90, la famille a revendu la marque à AB InBev, et la région guibertine a perdu l'une de ses plus grandes fiertés.

En créant la "Sans Grade", Alain Daix voulait donc que la région ait à nouveau sa bière. "C'était le projet un peu fou de refaire de la bière pour ce village qui était orphelin de sa brasserie depuis une vingtaine d'années", explique-t-il. Il voulait faire une petite bière sans prétention, c'est selon lui pour ça, qu'il a choisi le nom "Sans Grade".

Pour la famille du même nom, cette appellation est considérée comme une offense. Pour l'avocate des Grade, "c'est surtout le terme 'sans' Grade qui est mal perçu par la famille. Ce n'est pas l’initiative de faire une bière à Mont-Saint-Guibert qui est reprochée bien au contraire". Elle intente donc une action en référé afin de faire modifier l'appellation.

Quand le plus grand groupe brassicole du monde s'en mêle

Mais il n'y a pas que la famille Grade qui n'apprécie pas les mentions de l'étiquette. AB InBev a lui aussi des choses à redire. Propriétaire de la "Vieux Temps", il souhaiterait voir disparaître les terme "bon vieux temps". Il estime qu'il y a là, une trop grande référence à la bière qu'il produit.

Alain Daix a donc reçu un courrier d'avocat de la part du groupe. L'homme s'en défend en expliquant que le "bon vieux temps" est le nom d'une association qu'il a créé il y a de cela deux ans, aucun rapport donc avec cette bière.

Quoi qu'il en soit, cette histoire ne prend pas la tournure qu'Alain avait espéré. Il ne comprend pas la réaction des Grade, car il estime que, bien qu'il ne l'ait pas vraiment voulu, la famille devrait plutôt être honorée d'avoir son nom sur sa bière. Grand collectionneur d'objet "Vieux Temps", il jure qu'il ne souhaitait en aucun cas irriter cette famille pour laquelle il dit avoir le plus grand respect.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK