La clinique Saint-Pierre va quitter Ottignies pour s'installer près des grands axes à Wavre, un projet à 300 millions

Il s'est révélé impossible de construire une nouvelle clinique sur le parking actuel. La direction a préféré l'option du déménagement sur un autre site.
Il s'est révélé impossible de construire une nouvelle clinique sur le parking actuel. La direction a préféré l'option du déménagement sur un autre site. - © Clinique Saint-Pierre

La clinique Saint-Pierre d’Ottignies ne fait pas mystère de son envie de déménager. A l’étude depuis de longs mois, son projet vient de connaître un petit coup d’accélérateur: un compromis a récemment été signé pour l’achat d’un terrain de 14 hectares où les nouvelles installations seront construites. Ce terrain est situé à Wavre, près des grands axes (E411, N4 et N25), non loin du magasin Décathlon.

Une fois la transaction définitivement conclue, il faudra néanmoins encore attendre longtemps avant de voir les travaux commencer. Les pouvoirs publics devront d’abord donner leur feu vert au projet et délier les cordons de la bourse.

"La Région wallonne va refinancer le parc hospitalier, qui est vieillissant, avec sept plans de cinq ans, explique Philippe Pierre, directeur médical et coordonnateur de la clinique. Le premier plan, c’est maintenant, pour la période 2018-2023. Nous avons donc introduit un dossier de reconstruction pour un budget de 300 millions d’euros, dont la moitié sur fonds propres. Si nous pouvions être entendus, le délai le plus optimiste serait de huit ans. Au-delà de dix ans, ce ne sera pas tenable pour nous, en raison de la croissance de l’activité liée au vieillissement de la population et à l’augmentation de la démographie en Brabant wallon. Nous ne pourrons pas rester dans nos murs plus longtemps."

Une nouvelle clinique plus facile d'accès

Dans ce dossier, la patience est donc de rigueur. Mais cela n’empêche pas la direction de la clinique de se projeter dans l’avenir. Il est question d’un concept hospitalier moderne, respectueux de l’environnement et bien inséré dans le paysage, avec des accès plus simples pour les patients et le personnel. "Nous parlons quand même d’un millier de contacts-patients par jour, plus les quelque 2000 personnes qui travaillent dans l’hôpital, bien sûr par toutes en même temps, mais cela fait énormément de mouvements", poursuit Philippe Pierre.

En pratique, le changement d’implantation de la clinique sera indolore pour le bassin de soin. "On s’éloigne peut-être un tout petit peu de Rixensart, et encore, mais on pourra mieux desservir la région de Grez-Doiceau, vers Leuven. Et de toute façon, pour les patients qui habitent Rixensart, on gardera une polyclinique sur le site actuel".

Déménager plutôt que de reconstruire à Ottignies

La clinique Saint-Pierre a 45 ans, certains bâtiments ont été modernisés, de nouvelles constructions sont apparues au fil du temps, mais les infrastructures, trop petites, ne répondent plus aux besoins de la médecine moderne. Ajoutez-y les problèmes de mobilité liés à l’enclavement de la clinique sur le plateau d’Ottignies, à proximité d’écoles et de quartiers résidentiels, loin des grands axes.

Pour ces raisons, les responsables de la clinique ont décidé qu’un déménagement était la meilleure solution. "Nous avons envisagé de construire un nouvel hôpital sur notre site à Ottignies mais cela s’est révélé impossible, surtout en raison des parkings qu’il faudrait créer ailleurs pendant la construction sur le parking actuel".

Archive : JT 18/04/2018

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK