L'examen d'entrée en médecine manquait-il de rigueur? A LLN, des profs de sciences dénoncent

Beaux de candidats, peu d'élus: 1044 jeunes ont réussi cette année l'examen d'entrée en médecine et dentisterie (juillet et septembre).
Beaux de candidats, peu d'élus: 1044 jeunes ont réussi cette année l'examen d'entrée en médecine et dentisterie (juillet et septembre). - © Tous droits réservés

Interpellés par le faible taux de réussite à l’examen d’entrée en médecine et dentisterie (15,4% en juillet et 19,2% en septembre), plusieurs professeurs de sciences du Lycée Martin V à Louvain-la-Neuve ont écrit une lettre qu’ils comptent envoyer prochainement à l’ARES, l’Académie de Recherche et d’Enseignement supérieur.

Ces professeurs s’occupent plus particulièrement de deux classes de jeunes qui sont sortis de rhéto en juin et qui ont entamé une septième année de secondaire axée sur les sciences, en vue de se lancer l'an prochain dans des études scientifiques, de médecine ou dentisterie. Certains élèves qu’ils ont accompagnés l’an dernier ont raté l’examen alors qu’ils avaient, selon eux, toutes les capacités pour devenir de bons médecins.

Trop de questions neutralisées

Les signataires de la lettre ne remettent pas en cause l’existence de l’examen, mais ils estiment que les dernières épreuves (celles de juillet et de septembre) ont été organisées "dans l’à peu près". Et ils s’interrogent: "Nos jeunes ne méritent-ils pas davantage de respect et de considération?"

Ce qu’ils dénoncent avant tout, c’est le nombre important "d’erreurs" constatées dans l’intitulé des questions et des choix multiples. En juillet, 27 questions sur 120 ont été neutralisées. En septembre, il y en a eu 18. Pour ces questions, le point a été attribué à l’ensemble des candidats. Mais que de temps perdu à tenter d’y répondre!

"Pour moi, c’est incompréhensible, explique Colette Sartori, l’une des signataires. Si on veut une réponse précise, il faut d’abord que la question soit précise. Ces questions vont mettre les élèves dans un état de stress quand ils ne vont pas trouver les réponses. Et quand on est stressé, on perd les pédales, on perd du temps et on n’arrive pas à répondre à toutes les questions."

Les erreurs sont rares, selon l'ARES

Certains étudiants ont raté l’examen pour presque rien. Et selon les professeurs de sciences du Lycée Martin V, la faute en incombe aussi à celles et ceux qui ont rédigé les questions. "L’erreur est humaine, donc une ou deux on pourrait comprendre, sur 120 questions, poursuit Colette Sartori. Mais là, c’est une catastrophe. Si ça nous arrivait dans le secondaire, on aurait droit à une belle inspection. Et ils ont le temps pour préparer ces questionnaires, ils ont une année pour le faire. Donc ça ne devrait pas arriver".

Du côté de l’ARES, on tempère. Les erreurs sont rares, nous dit-on. Neutraliser une question ne veut pas forcément dire qu’elle a été mal rédigée ou qu’elle comporte des fautes. Au terme d’un examen statistique minutieux, le jury décide parfois de neutraliser une question lorsque les résultats obtenus pour cette question ne correspondent pas à ce qui était attendu. C’est une manière aussi de se prémunir contre d’éventuels recours.

C'est l'heure de l'examen d'entrée en médecine et dentisterie (04/09/2019)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK