IPPJ Braîne-le-Château : une réunion de concertation est prévue vendredi

Une réunion de concertation est prévue ce vendredi. Hier après-midi, en signe de protestation, le personnel de l’IPPJ de Braine-le-Château s’est croisé les bras pendant une heure. Il voulait manifester son mécontement face à la décision de la Fédération Wallonie Bruxelles de décompter des heures supplémentaires Covid.

Un arrangement propre à l’IPPJ de Braine-le-Château

L’an dernier, pendant trois mois, en mars, avril et mai, et ensuite à nouveau en novembre et décembre, le personnel avait accepté un horaire "Covid". Il prestait douze heures par jour au lieu des huit heures habituelles, pour limiter le nombre de personnes présentes dans ce centre fermé et donc pour diminuer les risques de contamination. En échange, et c’est une décision propre à l’IPPJ de Braine, on n’allait pas leur décompter les heures manquantes sur le mois. C’était un cadeau. Mais voilà, ils viennent d’apprendre que cet arrangement a été supprimé par la Fédération Wallonie Bruxelles. Ce ne serait pas légal. Elle veut récupérer ces heures manquantes.

Un sentiment de profonde injustice

Pour le personnel, c’est une profonde injustice. "Nous n'avons droit à aucune prime de risque, disent-ils. Nous travaillons dans un centre fermé, en contact permanent avec les jeunes. Mais nous sommes les oubliés du Covid". Ils veulent se battre pour pouvoir garder cette compensation – pas seulement pour le temps ou l’argent – mais comme un signe de reconnaissance. Vendredi, ils vont en discuter en réunion de concertation.
 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK