Grez-Doiceau: mobilisation pour la famille Yusufi avant une audience importante devant le Conseil du Contentieux des Etrangers

Abdul Yusufi (troisième en partant de la gauche), sa femme, Khadija, et ses deux fils, Hussain et Mohammad, entourés de plusieurs membres du comité de soutien.
2 images
Abdul Yusufi (troisième en partant de la gauche), sa femme, Khadija, et ses deux fils, Hussain et Mohammad, entourés de plusieurs membres du comité de soutien. - © Hugues Van Peel - RTBF

L’attente, encore et toujours, pour les Yusufi, cette famille d’origine afghane arrivée en Belgique en 2015, après avoir fui son pays où elle était menacée. Installés à Grez-Doiceau, les parents et leurs cinq enfants, très bien intégrés, espèrent obtenir l’asile mais leurs démarches n’ont pas abouti jusqu’à présent. Leur dernière demande de régularisation ayant été jugée irrecevable, ils ont décidé de faire appel. Ce lundi, ils sont convoqués devant le Conseil du Contentieux des Etrangers pour défendre leur dossier.

"La Belgique leur demande de retourner en Afghanistan et de faire leur demande à partir de là-bas, explique Steven Lemaire, enseignant à Grez-Doiceau et membre du comité de soutien. Or, il n’y a plus d’ambassade de Belgique en Afghanistan depuis 2016. Et en Afghanistan, pays en guerre, les enfants et leurs parents sont certainement condamnés."

Des gestes de soutien

En prévision de cette journée importante, le comité de soutien a lancé un appel à la mobilisation il y a quelques jours. Ce vendredi, à la sortie des classes, il a récolté des dizaines de dessins, de petits mots et de lettres qui seront remis à l’audience, pour témoigner de l’ancrage de la famille Yusufi et des liens très forts qui se sont noués dans la commune, et au-delà, depuis des années.

"On a déposé une petite lettre au nom de la famille, explique une maman dont le fils ainé est dans la même classe que Mohammad Yusufi, 9 ans. On ne voudrait pas les voir s’en aller, on ne voudrait pas que notre fils et les autres enfants perdent un copain et qu’on casse leur rêve en plein vol."

Aujourd’hui, Abdul Yusufi, le papa, est bénévole à la Croix-Rouge. Hussain, l’aîné, presque 22 ans, suit des études supérieures à Bruxelles pour devenir ingénieur en physique médicale. Les quatre autres enfants, Parasto, Fatima, Mahsa et Mohammad, sont scolarisés à Jodoigne, Basse-Wavre et Grez-Doiceau.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK