Endommagées en 2013, les arcades de l'abbaye de Villers seront reconstruites dès l'an prochain

Une enquête publique va commencer le 23 juillet à Villers-la-Ville à propos de la reconstruction des arcades de l’abbaye. L’Agence wallonne du Patrimoine sollicite l’octroi d’un permis d’urbanisme, presque cinq ans après l’accident qui avait endommagé l’édifice.

Le 22 octobre 2013, un camion s'était encastré dans une des arcades qui surplombent la RN275 en bordure de l’abbaye. En raison du risque d'effondrement général, la circulation avait été interrompue. Il avait fallu quelques jours pour démonter l’édifice, pierre par pierre.

3 images
L'accident du 22 octobre 2013 est encore dans toutes les mémoires à Villers-la-Ville. © Vincent Fifi

Aujourd’hui, on entrevoit enfin la reconstruction. Le certificat de patrimoine a été délivré à la fin du mois de mars, c’est le préalable indispensable à toute demande de permis en ce qui concerne un site classé. Place maintenant à l’enquête publique jusqu’à la fin du mois d’août. Dans ce dossier, la commune donnera son avis (on peut déjà dire qu’il sera favorable) et la décision sur l’octroi du permis reviendra au fonctionnaire délégué de la Région wallonne.

Le chantier après le Tour de France 2019?

Une fois le permis accordé, il faudra encore publier l’appel d’offres et désigner le prestataire. Si tout va bien, les travaux commenceront l’été prochain, sans doute après le passage du Tour de France dans les ruines de l’abbaye (la caravane y est attendue le 6 juillet).

3 images
La passerelle construite après l'accident restera en place mais sera dissimulée par les arcades situées de part et d'autre. © Hugues Van Peel - RTBF

Murs et piliers seront renforcés

Les arcades seront donc reconstruites à l’identique, mais les murs et les piliers seront tout de même renforcés pour mieux résister à un nouveau choc éventuel. La plupart des pierres de taille ont été conservées, mais pas les briques qui étaient en trop mauvais état. Les maçons utiliseront donc de nouvelles briques (façonnées et cuites à l’ancienne) et les recouvreront d’un enduit à la chaux pour redonner aux arcades l’aspect qu’elles avaient à l’origine, au 18e siècle. On pourra dès lors mieux en apprécier le charme et les reliefs.

Le gros enjeu du chantier sera de ne pas trop perturber le trafic à cet endroit. Par ailleurs, une réflexion est en cours pour améliorer les conditions de circulation et la sécurité de tous les usagers, automobilistes, piétons et cyclistes, dans le respect du patrimoine.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK