Elections communales à Wavre: l'opposition en embuscade pour profiter de l'absence de Charles Michel

Charles Michel absent du scrutin, les partis d'opposition espèrent enfin parvenir à enrayer la machine libérale à Wavre. Mais ils se présentent en ordre dispersé.
Charles Michel absent du scrutin, les partis d'opposition espèrent enfin parvenir à enrayer la machine libérale à Wavre. Mais ils se présentent en ordre dispersé. - © Wikimedia Commons

Avant les grandes vacances, le paysage politique wavrien a connu quelques bouleversements. Dans les rangs du MR, le Premier ministre et bourgmestre en titre, Charles Michel, a clarifié sa position: il ne sera pas candidat aux élections communales du 14 octobre. Mais quel sera l’impact de ce retrait sur les résultats de la liste? En 2012, Charles Michel avait encore décroché près de 5.000 voix de préférence (en net recul par rapport à 2006), il sera difficile de combler un tel déficit. D’autant que plusieurs autres élus "faiseurs de voix" ont également décidé de s’en aller: Freddy Quibus, Pierre Boucher et Nathalie Demortier.

C’est la bourgmestre faisant fonction, Françoise Pigeolet, qui a la lourde tâche de mener la campagne pour permettre aux libéraux de conserver leur majorité absolue (vingt sièges sur 31 soit deux de moins qu'au scrutin de 2006).

Dans l'opposition, c'est chacun pour soi

La chance du MR, c’est que l’opposition arrivera en ordre dispersé le jour du scrutin. Cet émiettement ne peut que favoriser la liste dominante. Il y a bien eu, l’an dernier, une tentative de rapprochement entre le PS, Ecolo, le CDH et Défi, mais le projet de liste unique a rapidement capoté.

Depuis, le PS a lui aussi perdu son chef de file. Il y a quelques mois, à la surprise générale, Stéphane Crusnière a quitté la vie politique pour prendre la direction de la régie communale autonome de Wavre. Il a donc fallu réorganiser l’équipe: c’est Kyriaki Michelis qui sera finalement tête de liste. En 2012, le PS avait décroché quatre sièges. Pourra-t-il faire mieux? Il veut y croire. En coulisse, certains rêvent aussi d’une alliance avec le MR. La désignation de Stéphane Crusnière à la régie en est-elle le signe annonciateur?

De son côté, Ecolo, qui a également quatre élus au conseil communal, espère bousculer la majorité libérale, faire bouger les lignes pour envisager des alternatives. Les Verts prônent la rupture avec la politique menée à Wavre depuis des années, pour rendre les habitants "fiers de leur ville". Le très actif conseiller communal Christophe Lejeune a été désigné comme tête de liste.

Défi espère entrer au conseil communal

Le chapelet des listes d’opposition se poursuit avec le CDH, qui se présentera sous l’appellation CH+ (Challenge humaniste +). Son ambition? Remettre les citoyens au cœur du débat et de l’action politique. En 2012, les humanistes avaient décroché seulement trois sièges au conseil, mais leur tête de liste, Benoît Thoreau, avait obtenu le meilleur score en voix de préférence de toutes les listes d’opposition. Sans surprise, c’est toujours lui le chef de file.

Défi présente également une liste à Wavre, avec le conseiller provincial Luc D’Hondt à sa tête, pour tailler des croupières au MR. Il espère obtenir plusieurs sièges.

La Droite et le Parti populaire seront également présents sur le bulletin de vote, tout comme un groupe de citoyens baptisé WaChou (Wavre, c’est chouette), dont le programme farfelu (mais totalement assumé) ne manquera pas de faire le buzz et de séduire quelques électeurs iconoclastes.

Enfin, un jeune candidat de 21 ans, Dylan Gossiaux, se présente, seul, sur la liste IC (Intérêt citoyen).

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK