Deux nouvelles "rues cyclables" à Ottignies, interdiction d'y dépasser les vélos

Difficile de ne pas voir la signalisation: dans une rue cyclable, on ne peut pas dépasser les vélos.
2 images
Difficile de ne pas voir la signalisation: dans une rue cyclable, on ne peut pas dépasser les vélos. - © Hugues Van Peel - RTBF

Le concept de "rue cyclable" figure dans le code de la route depuis quelques années, mais en Wallonie, très peu d’automobilistes connaissent son existence. Ces rues cyclables ne sont pas nombreuses au sud du pays, alors qu’elles sont assez répandues en Flandre, surtout en Brabant flamand.

De quoi s’agit-il? Ce sont des rues dans lesquelles les cyclistes sont prioritaires. La vitesse y est limitée à 30km/h et les voitures ont l’interdiction de dépasser les vélos.

La couleur ocre du bitume permet de les identifier

A Ottignies-Louvain-la-Neuve, il existait déjà deux rues de ce genre situées dans des zones isolées. Mais deux voiries fréquentées du centre d’Ottignies, l’avenue Reine Astrid et la rue des Deux Ponts, viennent de subir de lourds aménagements qui en font désormais des rues cyclables. La couleur ocre du bitume permet de les identifier, en plus des panneaux de signalisation et du marquage au sol.

"En général, ce sont des voiries qui se trouvent dans des centres urbains denses, où on n’a pas la possibilité d’aménager des pistes cyclables en site propre, et donc on est obligé de travailler sur la mixité, explique David Da Camara, échevin de la Mobilité à Ottignies-Louvain-la-Neuve. "Quand on travaille sur la mixité dans une voirie contrainte en terme d’espace, soit on fait du cyclo-piéton, soit on fait des rues cyclables. Et finalement, les rues cyclables sont une bonne solution. On se rend compte que le piéton pose parfois problème dans la mesure où il peut avoir des écouteurs dans les oreilles, il peut aussi avoir un comportement imprévisible sur la voirie, s’arrêter brusquement devant une vitrine… Le différentiel de vitesse dans une rue à 30km/h est aussi moindre entre un cycliste et une voiture qu’entre un cycliste et un piéton. Donc c’est une solution très intéressante dans les centres-villes".

Dans les rues cyclables, la voiture est tolérée

"Dans ces rues cyclables, les cyclistes peuvent circuler comme bon leur semble, poursuit Benoît Godart, porte-parole de l’Institut VIAS (NDLR: anciennement IBSR). Les voitures y sont tolérées en quelque sorte, mais elles doivent respecter des règles strictes, la suprématie revient aux cyclistes".

Le problème, c’est la méconnaissance du dispositif par de nombreux usagers de la route. "C’est très important de commencer à étendre le concept, ajoute encore Benoît Godart. Il faut que les gens connaissent les règles. Pour l’instant, 95% des conducteurs ne savent pas qu’on ne peut pas dépasser un cycliste dans ces rues cyclables".

Reste à voir si les usagers de la route, même informés, respecteront les règles...

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK