Des logements à la place de l'ancienne école de Gistoux ? Le collège communal se dit incompétent pour traiter la demande de permis

Le collège communal de Chaumont-Gistoux vient de rendre sa décision concernant l’ancienne école de Gistoux qu’un promoteur souhaite raser pour construire à la place un ensemble d’appartements et d’espaces polyvalents. Estimant qu’il n’est pas l’autorité compétente pour traiter la demande de permis, le collège l’a jugée irrecevable. Le dossier est renvoyé chez la fonctionnaire déléguée du Brabant wallon. Explications.

En 2016, considérant qu’il serait opportun de créer des logements sur le site de l’ancienne école de Gistoux, le collège communal signe une convention avec l’Agence de Promotion immobilière du Brabant wallon (APIBW). Cette agence dépendant de l’institution provinciale se voit ainsi confier la tâche de mettre en place le projet.

Plus tard, au terme d’une procédure de marché public, l’APIBW confie la réalisation du chantier à une entreprise de Marchienne-au-Pont.

Les nostalgiques et les chauves-souris

Formellement, c’est cette société privée qui introduit la demande de permis en 2019. Mais l’intention de départ émane de la commune. Juridiquement, c’est bien elle qui est à l’initiative du projet. Voilà donc pourquoi le collège juge finalement ne pas être en mesure de se prononcer sur la demande qui lui est soumise, appuyé par les conseils de plusieurs juristes spécialisés.

C’est donc aux services de la fonctionnaire déléguée du Brabant wallon que la demande de permis devra maintenant être envoyée. De longs mois s’écouleront certainement avant qu’une réponse soit donnée. Voilà qui réjouira sans doute les nostalgiques et les défenseurs de la nature. L’an dernier, lors de l’enquête publique, de nombreux habitants avaient fait part de leur attachement à l’ancienne école. Il était aussi apparu qu’une colonie de sérotines, une espèce protégée de chauves-souris, avait trouvé refuge dans le bâtiment. Le projet de réaffectation, quel qu’il soit, devra en tenir compte.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK