Des caméras de surveillance de dernière génération bientôt installées en Brabant wallon

La Province du Brabant wallon va se doter d’un nouveau réseau de caméras capables de scanner et de reconnaître les plaques d'immatriculation. De quoi faire avancer le travail d'enquête des policiers (illustration).
La Province du Brabant wallon va se doter d’un nouveau réseau de caméras capables de scanner et de reconnaître les plaques d'immatriculation. De quoi faire avancer le travail d'enquête des policiers (illustration). - © Belga

La Province va en effet se doter d’un nouveau réseau de caméras capables de scanner et de reconnaître les plaques d'immatriculation. C'est le système ANPR, déjà utilisé pour la taxe kilométrique, sauf qu’ici les données pourront être utilisées à fins judiciaires.

Le projet est d'ailleurs développé en partenariat avec le parquet du Brabant wallon et les zones de police de la province.

Ces caméras seront installées dans des lieux identifiés comme étant des points de passage obligés. Même si bien sûr, les malfaiteurs pourront toujours passer à travers les mailles du filet. Le gouverneur de la province, Gilles Mahieu, en est bien conscient.

"L’idée n’est pas d’installer un système orwellien mais plutôt de compliquer la vie des criminels et des délinquants. Cela dit, dans certaines situations, l’ANPR ne sera pas utile. On est bien conscient. Ce ne sera pas LA solution à tous les problèmes. Et il pourra peut-être également provoquer un certain déplacement de la criminalité. Malgré tout, les informations provenant des ANPR peuvent être utiles. Par le passé, nous en avons déjà bénéficié : des infos d’ANPR installées ailleurs nous ont permis de faire avancer des enquêtes qui concernaient le territoire de la province. En cela, c’est un outil complémentaire aux équipes et policiers actifs sur le terrain."

Entre 30 et 40 caméras seront installées d'ici trois ans. Les premières seront bientôt commandées et devraient être opérationnelles avant la fin de l'année.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK