Coronavirus: sept malades hospitalisés à Ottignies, la Clinique Saint-Pierre se prépare à un afflux massif

C’est une drôle d’ambiance qui règne en ce moment à la Clinique Saint-Pierre d’Ottignies. L’activité hospitalière est très limitée en raison de la pandémie de coronavirus (Covid-19). Les urgences fonctionnent toujours, mais les hôpitaux de jour ont été fermés, sauf pour les personnes atteintes de cancer ou qui sont sous dialyse et qui ne peuvent attendre trois semaines pour recevoir leurs soins. Quant aux consultations, elles ont été annulées, en dehors des pathologies considérées comme ne pouvant pas attendre.

"On a dû éplucher les dossiers de tous les patients inscrits pour voir lesquels on devait quand même garder, explique Philippe Pierre, directeur médical et coordinateur général de la clinique. C’est la même chose pour les activités médico-techniques ou chirurgicales."

Pas de problème pour l'instant

A Saint-Pierre, sept patients atteints par le coronavirus sont actuellement hospitalisés. Parmi eux, deux sont en soins intensifs. Un nouveau-né figure aussi parmi les malades.

"Pour l’instant, il n’y a pas de problème en ce qui concerne le coronavirus, d’autant plus que l’hôpital est à moitié vide. Hier, nous n’avions que 280 patients hospitalisés alors que nous disposons de 425 lits pour des hospitalisations classiques. Aux soins intensifs évidemment, on est un peu limité par le nombre de respirateurs. Nous en avons quinze. Mais nous sommes en train de voir si nous ne pourrions pas ouvrir des soins intensifs bis dans les salles de réveil des blocs opératoires. Mais là, la problématique, ce n’est pas encore tellement le nombre de machines, c’est plutôt d’avoir des gens compétents pour les faire tourner. Parce que n’importe quelle infirmière ne sait pas faire tourner une machine de ventilation."

Masques et tenues hermétiques

Quant aux masques, les réserves s’amenuisent comme partout. La Clinique Saint-Pierre attend impatiemment une commande qui doit partir d’Inde ce mardi. Elle souhaite également se doter de tenues type "scaphandre" pour les unités les plus exposées au coronavirus: les soins intensifs et une unité spécialement dédicacée au Covid-19.

"On voudrait quelque chose de plus hermétique que les blouses qu’on a pour se protéger des bactéries. On est en train de se renseigner pour savoir comment ou peut équiper rapidement les unités. On se renseigne aussi pour savoir si on peut acheter ou louer des respirateurs supplémentaires."

Aujourd’hui, tout est donc sous contrôle à Ottignies. Mais la situation sanitaire évoluant rapidement, il est impossible de savoir ce qu’il en sera demain et dans les prochains jours.

En temps normal, 1.600 personnes travaillent à la Clinique Saint-Pierre, auxquelles il faut ajouter 320 médecins. Au sein du personnel soignant, il y a très peu d’absents, et seulement une poignée de cas de coronavirus. Un système de rotation a été mis en place dans les différents services pour surveiller les personnes hospitalisées et pour assurer les urgences. Mais progressivement, le personnel non-essentiel au fonctionnement de l’hôpital dans ces circonstances particulières sera invité à rester chez lui.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK