Manèges en difficulté à cause du coronavirus: privée de rentrées financières, la Ferme équestre de LLN lance un appel aux dons

La Ferme équestre de Louvain-la-Neuve existe depuis 40 ans mais le coronavirus menace ses activités.
3 images
La Ferme équestre de Louvain-la-Neuve existe depuis 40 ans mais le coronavirus menace ses activités. - © Google Streetview

A Louvain-la-Neuve, elle est devenue, au fil du temps, une véritable institution. Située au bout du lac, en bordure de la Nationale 238, la Ferme équestre vit des heures difficiles à cause du coronavirus (Covid-19). Toutes les activités ont été annulées: séances d’hippothérapie, cours d’équitation, stages, animations et visites scolaires. L’association craint le pire, faute de rentrées financières.

"Là où les choses s’aggravent, c’est que nous sommes exactement dans la haute-saison, explique Patrick Guilmot, le directeur de la Ferme équestre. C’est le moment de l’année où la ferme fonctionne normalement à plein régime, ce qui nous assure des moyens de subsistance pour l’ensemble de l’année. Nous sommes donc très inquiets."

De mars à juin, pour autant que les activités ne reprennent pas d’ici là, le manque à gagner est estimé à 83.000 euros. Or, pendant ce temps, il faut bien continuer à s’occuper des bêtes: chevaux, vaches, cochons, chèvres, moutons et autres volailles. L’achat de nourriture, de litière et de matériel, sans oublier les soins, l’entretien des prairies et les frais de personnel représentent quelque 6.000 euros par mois. Seul un employé sur la quinzaine de membres de l’équipe n’a pas été mis en chômage temporaire. C’est lui qui assure le travail, avec l’aide de quelques bénévoles.

Appel à la solidarité

Pour affronter cette période particulièrement délicate, la Ferme équestre a donc lancé un appel aux dons auprès de ses sympathisants.

"Nous sommes en train de rassembler toutes nos énergies pour voir comment assurer l’avenir. Il faut savoir que cela fait quarante ans que nous sommes là, nous avons donc grandi avec Louvain-la-Neuve. Et je reçois beaucoup de témoignages, notamment du voisinage, des gens qui sont venus s’installer autour de la ferme, qui disent combien ça fait vraiment partie du paysage et combien ça apporte toute une dimension de vie, de relation avec le monde animal dans un milieu urbain."

Un microcosme à préserver

Outre les milliers d’enfants qui y passent chaque année avec leur classe, pour un anniversaire ou pour un stage, la Ferme équestre est aussi cruciale pour les personnes fragilisées ou handicapées qui viennent y suivre des séances d’hippothérapie.

"On a environ 150 personnes qui passent ici chaque semaine pour l’hippothérapie, c’est vraiment pour elles un moment privilégié dans leur vie. Nous sommes parmi les premiers centres à avoir lancé cette activité d’accompagnement et de thérapie en nous basant sur la relation avec le cheval. Nous sommes très investis là-dedans au point même que nous avons mis en place une formation, en collaboration avec la faculté de psychologie de l’UCLouvain."

C’est donc ce microcosme, construit autour des animaux et de la nature, avec ses ruches et son potager, que la Ferme équestre veut préserver en faisant appel à votre générosité.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK