Coronavirus: des centres temporaires pour trier les patients malades devant les hôpitaux de Nivelles, Ottignies et Braine-l'Alleud

La plupart des centres de pré-tri sont installés dans des tentes, devant les urgences des hôpitaux, comme ici à Nivelles.
2 images
La plupart des centres de pré-tri sont installés dans des tentes, devant les urgences des hôpitaux, comme ici à Nivelles. - © Nancy Ferroni

Les hôpitaux et les médecins généralistes s’attendent à un afflux massif de patients atteints par le coronavirus (Covid-19) dans les prochains jours. En prévision d’une croissance importante du nombre de cas, des centres de "pré-tri" (c’est leur dénomination officielle) ont été installés devant les urgences de nombreux hôpitaux. En Brabant wallon, ils se trouvent juste à côté des hôpitaux de Nivelles, Ottignies et Braine-l’Alleud. Ces lieux d’accueil temporaires sont désormais opérationnels. Voici à quoi ils vont servir.

Ces centres, ouverts de 8 heures à 20 heures, sont des endroits où les personnes qui présentent des symptômes du coronavirus seront examinées par des médecins généralistes. Il s’agit d’éviter d’encombrer les urgences des hôpitaux avec des individus potentiellement malades.

S'adresser d'abord à son médecin

Mais pas question pour les patients de s’y rendre directement de leur propre chef. Si des symptômes apparaissent, c’est d’abord à leur médecin généraliste qu’ils devront s’adresser, par téléphone.

"Quand un patient téléphone à son médecin généraliste, le médecin peut se retrouver confronté à un problème qui n’a strictement rien à voir avec le Covid-19, auquel cas il continue à prendre ce patient en charge, explique Hervé Lignian, médecin-chef du Chirec à Braine-l’Alleud. Ou alors il y a une problématique Covid-19, et éventuellement une difficulté pour déterminer à distance la gravité de la situation. A ce moment-là, le médecin oriente le patient vers ce centre de tri où le patient sera examiné en chair et en os, ce qui amène quand même plus de sécurité. Ensuite, le patient peut être renvoyé chez lui si la maladie apparaît peu sévère, ou orienté vers le service des urgences si son état le justifie."

Des tentes à Ottignies et à Nivelles

A Braine-l’Alleud, c’est dans un bâtiment racheté récemment par l’hôpital, juste à côté du Chirec, que le centre de tri a été installé. A Ottignies et à Nivelles, les médecins travailleront sous tentes.

"Actuellement, les hôpitaux ne sont pas submergés, mais il ne fait absolument aucun doute que cette situation ne va pas persister, poursuit Hervé Lignian. Il était évidemment préférable d’installer ces centres de tri à un moment où on avait encore le loisir de le faire, plutôt que de se retrouver à devoir le faire dans l’urgence de façon un peu improvisée. Ce n’est pas quand ces patients-là vont arriver à l’hôpital qu’on pourra en même temps organiser le tri au niveau de la première ligne. C’est très bien que nous l’ayons anticipé."

Par ailleurs, à Braine-l’Alleud, où douze patients atteints par le coronavirus sont hospitalisés, il existe une autre zone tampon juste avant l’entrée des urgences. Elle sera maintenue pour les personnes qui arrivent aux urgences sans passer par le centre de pré-tri et pour celles qui sont prises en charge par une ambulance.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK