Contournement nord de Wavre: que disent exactement les études de mobilité ?

L'objectif du contournement nord est de relier le zoning nord à la N25, entre Wavre et Grez-Doiceau.
L'objectif du contournement nord est de relier le zoning nord à la N25, entre Wavre et Grez-Doiceau. - © Google Maps

L'enquête publique sur le contournement nord de Wavre se termine ce jeudi matin. On le sait, il s’agit d’un dossier de longue haleine qui oppose depuis des décennies les opposants et les partisans de cette nouvelle route dont l’objectif est de relier le zoning nord à la N25, entre Wavre et Grez-Doiceau.

Deux camps donc, qui se basent en fait sur les mêmes études de mobilité et d'incidences. Mais leurs interprétations divergent complètement.

Que ressort-il de ces études de mobilité ?

Elles montrent en fait que les voiries menant à Wavre et le cœur de la Ville sont saturées. Tellement saturées que le moindre aménagement paralyserait le trafic.

Du coup, les études approuvent la création du contournement comme solution pour reporter une partie du trafic. Elles pointent le contournement comme un élément de solution parmi d'autres, comme: l'aménagement de la sortie d'autoroute de Bierges, la création d'une nouvelle voirie reliant Bierges à Wavre, la suppression des passages à niveaux et d'importants investissements pour la mobilité douce.

Là où cela se complique, c'est que d'un point de vue "mobilité" pure, les études montrent que certains aménagements de voiries arriveraient au même résultat que le contournement, avec un bémol du point de vue de la sécurité: une seule voie d'accès à un pôle économique important, c’est délicat.

Chaque camp avance ses arguments, et ils sont nombreux

Le principal, pour les "pro-contournement", est que le zoning nord de Wavre a besoin de cette nouvelle route pour se développer et que son développement engendrera un trafic supplémentaire important.

Les "anti-contournement", eux, répondent que les usagers adaptent leur mobilité. Ils avancent comme principal argument le coût esthétique et écologique du projet.

Aucun des deux camps ne possède de boule de cristal pour connaître l'avenir avec certitude. Ce qui a déjà été éprouvé par le passé, c'est qu'une nouvelle voirie permet fluidifier le trafic mais elle crée un appel d'air et finit par s'engorger.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK