Circuit court: un label pour soutenir les petits producteurs locaux à Walhain

Cinq producteurs de Walhain ont déjà pu placer la plaquette du label sur leur façade.
2 images
Cinq producteurs de Walhain ont déjà pu placer la plaquette du label sur leur façade. - © Hugues Van Peel - RTBF

On parle souvent de circuit court et de retisser le lien entre producteurs et consommateurs. A Walhain, plutôt que d’en parler, un groupe de citoyens a décidé de passer à l’action, au sein de la Commission locale de Développement rural. Ces habitants ont eu l’idée de mettre au point un label pour faire connaître les petits producteurs qui habitent près de chez eux.

"Quand on rencontre les producteurs locaux et qu’on discute avec eux, ils disent tout de suite qu’ils sont très petits, qu’ils n’ont pas vraiment les moyens de se vendre, explique Alain Wafflard, l’un des Walhinois à l’origine du projet. Donc, on s’est dit à Walhain que ces producteurs devaient être mis en évidence. Avec ce label qu’on peut voir depuis la rue, le client de passage, le promeneur même, va comprendre que là, il peut entrer pour acheter des produits."

Des critères stricts

Ce label est baptisé "Produits locaux de Walhain". Pour le recevoir, il faut répondre à trois critères précis: produire local, de façon professionnelle et vendre directement à la clientèle, sans intermédiaire.

Cinq producteurs labellisés

Ainsi, cinq producteurs ont déjà été labellisés: Sabine Wauters (fleurs et plantes comestibles, aromatiques et médicinales), la ferme Ravet (produits laitiers et volaille), Mathieu Flémal (légumes divers et fraises), l’Archenterre (fruits et légumes) et la Cense de la Tour (fruits, légumes, jus et produits dérivés).

"Nous sommes des micro-agriculteurs, explique Michael de Posch, de la Cense de la Tour. Nous produisons quelques milliers de litres de jus par an et quelques tonnes de fruits et légumes. Et nous les vendons à nos clients qui viennent chez nous, à des restaurateurs ou des traiteurs, ou sur des marchés locaux, dans un rayon de 25-30 kilomètres maximum. Produire, ce n’est pas facile. Mais se faire connaître et vendre est encore plus difficile. Et ce label peut nous aider. Je n’ai pas eu besoin de cinq secondes pour accepter de travailler avec eux, parce que cela répond tout à fait à notre mentalité et à nos objectifs de nous faire connaître et de satisfaire les consommateurs."

Ce label, c’est donc la promotion du circuit ultra-court, pour donner un coup de pouce aux producteurs. A terme, il pourrait évoluer pour intégrer, par exemple, des artisans.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK