Bruxelles: 1 chance sur 3 pour que votre enfant ait piscine avec son école

Vu le manque d'infrastructures, bon nombre d'écoles bruxelloises peinent à trouver des bassins pour leurs élèves.
Vu le manque d'infrastructures, bon nombre d'écoles bruxelloises peinent à trouver des bassins pour leurs élèves. - © Flickr - EnjoytheSilence

A Bruxelles, qui dit piscine, dit surtout manque de disponibilités pour les écoles. Près d'un élève bruxellois sur trois n'apprend plus à nager avec l'école. Les cours de natation font pourtant partie du programme scolaire.

Mais faute de places, de nombreuses écoles renoncent à les organiser ou bricolent.

Cours de natation pour les années paires, cours de tennis de table à la place pour les années impaires… Voilà ce qu'applique depuis un an le centre scolaire du Pré des Agneaux, à Auderghem. Pas le choix, selon la directrice de cette école fondamentale Sabine Dooms. "La commune d’Auderghem n’a pas de piscine, nous avons donc dû aller au Calypso à Boitsfort. Il se fait que la commune de Boitsfort donne priorité à ses écoles, ce qui est normal. Mais nous, nous devons composer avec les heures restantes."

L'heure de midi par exemple lui a été proposée. Une plage horaire peu adaptée aux enfants. Les piscines en conviennent mais n'ont pas le choix.

A celle du Sportcity, à Woluwe-Saint-Pierre, Alain Henrotte est incapable de répondre à toutes les demandes. "C’est vrai : nous sommes forcés de devoir refuser des entités, qu’elles soient scolaires, sportives ou ludiques."

Alors pourquoi ne pas construire de nouvelles piscines ? La réponse est forcément budgétaire : c'est un gouffre pour les communes.

Quant à la Région bruxelloise, compétente en infrastructures sportives, elle privilégie les subsides à la rénovation des bassins de natation. Ce qui diminue la charge financière qui pèse sur les communes, mais ne règle en rien la question du manque de piscines.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK