Brasserie de Jandrain-Jandrenouille : produire au nom des autres

La Jandrain, c’est la bière que personne ne connait, mais que tout le monde boit

La formulation peut faire sourire. Assis au milieu de sa grande cour, Alexandre Dumont reconnait que cette phrase ressemble presque à un slogan publicitaire. Mais derrière ses lunettes rondes et son regard direct, le patron de la brasserie n'est pas très loin de la vérité. Voyez plutôt : la Moeder Lambic, la 1030, l’Amère à boire, l’Archiduc ou encore la Roy d’Espagne, autant de bières servies dans les bars éponymes de Bruxelles, autant de bières mises en bouteille entre les murs de cette ancienne ferme du Brabant wallon.

"Jandrain-Jandrenouille, c’est avant tout une diversité au niveau du portefeuille des produits : des bières pour nous et des bières sur mesures, dédicacées pour des endroits de débit." Comprenez : la brasserie confectionne aussi bien ses propres bières (la IV Saison, la V Cense, la VI Wheat -  on appréciera les jeux de mots), que celles de nombreux établissements et business désireux d’offrir une bière unique.

"Parfois ils viennent avec leur recette, parfois non. Pour nous, le plus important c'est que derrière cette bière se cache une belle histoire." Et parmi la trentaine de belles histoires confectionnées par Jandrain-Jandrenouille, on retrouve notamment la Uijin, brassée spécialement pour une chaine de restaurant japonais "et que vous allez retrouver dans des restaurants japonais à Bruxelles, Paris, Rome ou Londres."

Un hangar avec huit grandes cuves, un autre avec des milliers de bouteilles et des centaines de fûts, cette brasserie du Brabant wallon tourne toute l’année à plein régime. Le jour de notre visite, deux employés et une stagiaire participent au nettoyage et à l'étiquetage de bouteilles. Une petite équipe pour une production à taille humaine. "Le matériel a un certain âge, rien n’est automatisé, tout est fort empirique et manuel, explique Paul, l'un des deux employés temps plein. C'est beaucoup de travail".

La trentaine de bières différentes brassées à Jandrain-Jandrenouille partagent néanmoins deux point communs. "On a été les premiers à faire des recettes plutôt belges, mais avec du houblon américain. C’était vraiment original et novateur par rapport aux autres bières sur le marché, explique Paul. Aujourd’hui, ce houblon américain devient fort à la mode et tout le monde commence à produire des styles américains, comme l’I.P.A."

Novatrice au niveau du houblon, la brasserie se caractérise aussi par l'eau qu'elle utilise dans ses préparations. "C'est tout simplement l'eau du village, qui vient d'ici". Alexandre Dumont se tient devant une vieille batisse en brique rouge, à un petit kilomètre de la brasserie. "C'est une eau particulièrement dure, pas forcément idéale pour brasser, mais on l'utilise telle quelle, sans aucune modification."

Sur le chemin du retour, Alexandre Dumont se confie. Il ne souhaite pas forcément voire sa brasserie grandir, en tout cas pas de manière industrielle. "Depuis trois ans et demi je tourne à flux tendus et ma production augmente encore. On est passés de 180 à 3000 hectolitres. Si on grandit, ce sera uniquement de manière raisonnée et soutenable."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK