Beauvechain: le Martin-pêcheur se plaît dans le bassin d'orage de Nodebais

Le Martin-pêcheur se plaît dans la vallée de Nodebais à Beauvechain
4 images
Le Martin-pêcheur se plaît dans la vallée de Nodebais à Beauvechain - © Monika Wachter - RTBF

La présence du Martin-pêcheur est un signe qui témoigne de la bonne santé du bassin d'orage de Nodebais. Vincent Bulteau, ornithologue et conseiller en environnement de la commune de Beauvechain, est à l'origine d'une campagne de baguage annuel lancée en 1999. Depuis ce temps, environ 100 000 oiseaux ont été attrapés dans des grands filets tendus à travers les roseaux, puis délicatement enlevés pour être identifiés, pesés, mesurés et bagués avant d'être relâchés. Il explique aux visiteurs qui assistent au baguage l'importance du Martin-pêcheur.

Le Martin-pêcheur est l'emblème de tous les travaux que la commune a fait au niveau des collecteurs et de l'égouttage

"Le Martin-pêcheur est un des premiers indicateurs. C'est un des premiers oiseaux qui est revenu en grand nombre et qui a reniché sur les sites. Au début des années 2000, on en attrapait deux-trois sur la saison. Depuis 2013,  je ne parle pas des adultes, donc seulement la production de jeunes dans la vallée, on en attrape entre treize et seize. Donc, tous les jours, on a du Martin-pêcheur. C'est exceptionnel ! Avant on était tout content d'en avoir un. Maintenant, je ne veux pas dire que cela devient banal. Mais on en a tous les jours."

 

Le torcol fourmilier est un des seuls pics migrateurs avec des ailes de toute beauté. "Chaque plume est une œuvre d'art", dans les tons brun beige. A chaque saison, il y a entre cinq et quinze torcols fourmiliers qu'on attrape dans les filets à Nodebais. Sur les 6000 qui sont bagués chaque saison, c'est donc un petit nombre. Mais chacun compte: "Il y a un oiseau qu'on a bagué ici. Le printemps suivant il était repris comme oiseau nicheur en Lituanie", dit Vincent Bulteau.

La fauvette à tête noire est une des plus communes à Nodebais. On en bague entre 2000 et 3000 par an. Elle va hiberner autour du bassin méditerranéen. Mais la championne des petits migrateurs de Nodebais est la fauvette des jardins. Un des oiseaux avait été bagué en Mauritanie, dans un oasis à peu près de 6000 km d'ici. Ce petit migrateur vole 24 000 kilomètres par an.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK