L'avenir de 3M à Nivelles est loin d'être bouclé, une assemblée est prévue ce mercredi matin

Pour rappel, les 107 travailleurs de 3M Nivelles sont entrés dans la phase 1 de la loi Renault.
Pour rappel, les 107 travailleurs de 3M Nivelles sont entrés dans la phase 1 de la loi Renault. - © RTBF

Les travailleurs de l'entreprise 3M, à Nivelles, se réuniront ce mercredi matin pour entendre leurs délégués syndicaux respectifs, et revenir sur le conseil d'entreprise qui s'est tenu mardi. Et cela risque de les perturber à plus d'un titre... Il y a d'abord l'annonce de deux nouveaux repreneurs apparus début de ce mois.

Deux repreneurs de nouveau en lice : une start-up et un candidat aux épaules un peu plus solides, disent les syndicats. Et puis, une troisième piste avancée par le syndicat FGTB, annonce Philippe Genin, secrétaire permanent du syndicat Métal. "Il y aurait la possibilité d’avoir des candidats pour en faire une coopérative, faite par les travailleurs. Nous, on fera de toute façon une assemblée. Les travailleurs vont décider de la poursuite ou non de l’activité."

Pour rappel, ces 107 travailleurs sont entrés dans la phase 1 de la loi Renault avec, en ligne de mire, la date butoir de la mi-mars pour régler la sortie des travailleurs avec des primes de départ annoncées en décembre dernier.

Des primes remises en cause ?

En décembre dernier, des montants ont été annoncés quant aux primes de départ. Elles ont été calculées sur les salaires des douze derniers mois de 2017. Mais en janvier, tout a été recalculé. "C’est vrai qu’il y avait un manque à gagner pour l’ensemble des travailleurs d’environ 5.000 euros, explique Mickaël Bonneau, secrétaire permanent CGSLB. Là, on est en train d’essayer de rattraper ce point-là."

Cette nouvelle risque de ne pas plaire aux travailleurs qui se retrouveront ce matin devant les délégués. On le voit, l'avenir de 3M Nivelles est encore loin d'être bouclé.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK