Après Publifin, la justice enquête à présent sur le cas d'Ores

Le Parquet de Nivelles vient d'ouvrir une information judiciaire sur Ores.
Le Parquet de Nivelles vient d'ouvrir une information judiciaire sur Ores. - © DR

Le parquet de Nivelles vient d'ouvrir une information judiciaire sur Ores, une intercommunale wallonne de gestion des réseaux de gaz et d'électricité.

Pléthore d'administrateurs, comités de secteur peu actifs, communes dépossédées de leur pouvoir au profit d'une entreprise privée... Les similitudes entre Publifin et Ores sont nombreuses. Les responsables d'Ores ont d'ailleurs promis des réformes structurelles pour le 1er juillet prochain.

Mais ce n'est pas suffisant aux yeux d'un conseiller communal de Genappe, intéressé par les questions énergétiques, Jean-François Mitsch. Il a constitué un dossier dans lequel il constate que tout ou presque, de ce qui est reproché à Publifin pourrait l'être à Ores. Et même peut-être plus...

Des communes flouées ?

Jean-François Mitsch se demande ainsi pourquoi les 200 communes wallonnes propriétaires d'Ores ont racheté à Electrabel 25% du réseau d'électricité pour plus de 400 millions d'euros, alors qu'une étude indépendante fixait cette valeur à 300 millions. Les communes ont-elles été flouées ?

Cette question, la brigade financière se la pose aussi désormais. L'enquête ouverte par le Parquet de Nivelles portera également sur les rémunérations des comités de secteurs. Chez Ores, jusqu'au 1er juillet prochain, cela représente 67 postes d'administrateurs, 8 présidents et 16 vice-présidents.

"Nos comités de secteurs n'étaient pas bidons, estime Fernand Grifnée, le directeur général d'Ores scrl. Ils prenaient vraiment des décisions et se réunissaient dix fois par an." Concernant le prix d'achat du réseau d'électricité par les communes, le directeur général d'Ores estime que le prix de plus de 400 millions se justifiait vu la valeur du réseau wallon mais aussi pour les perspectives de dividendes supplémentaires pour les communes, désormais propriétaires de 100% du réseau d'électricité.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir