Agressions au couteau à Uccle: la suspecte n'a pas encore été entendue à cause de son état de santé

Les faits se sont produits lundi vers 16H30 à Uccle.
Les faits se sont produits lundi vers 16H30 à Uccle. - © AURORE BELOT - BELGA

Un juge d'instruction a été saisi du chef de tentative de meurtre dans le cadre d'agressions au couteau commises lundi à Uccle par une ressortissante philippine âgée de 52 ans, a indiqué mardi le parquet de Bruxelles. Le parquet ajoute que le juge d'instruction a reporté sa décision de la placer sous mandat d'arrêt. Et ce "jusqu'à ce que [la suspecte] puisse être entendue".

La suspecte n'a pas encore pu être interrogée en raison de son état médical. "Un juge d’instruction a été saisi par le parquet lundi du chef de tentative de meurtre, a confirmé Rym Kechiche, la porte-parole du parquet de Bruxelles, au micro de la RTBF, mais le juge d’instruction se voit confronter à la difficulté suivante : la suspecte n’a toujours pas pu être auditionnée du fait de ses blessures.

La suspecte n'est pas connue de la police locale de la zone Marlow (Uccle, Auderghem, Watermael-Boitsfort). Il n'est toutefois pas encore clairement établi si elle est connue ou non d'autres zones de police ou d'arrondissements judiciaires.

Le Comité P a, pour sa part, ouvert une enquête afin de déterminer si l'usage fait de leur arme de service par les forces de l'ordre était légitime dans ces circonstances.

Une dispute à l'origine des agressions

Les faits se sont produits lundi vers 16H30. Pour une raison inconnue, la femme s'est disputée avec plusieurs passagers dans un bus circulant chaussée de Waterloo, à Uccle, qu'elle a ensuite agressés avec un couteau. Deux personnes ont été blessées. La femme est ensuite descendue du bus et a blessé une troisième personne. Les trois victimes ont été légèrement blessées et emmenées à l'hôpital.

La police locale s'est rendue sur les lieux et a tenté de la maîtriser. Des policiers ont ouvert le feu car elle refusait d'obéir à leurs injonctions. La femme a été touchée au bras et au torse mais ses jours ne sont pas en danger. On ignore la raison de ces agressions mais, d'après le parquet de Bruxelles, il n'est pas question d'un acte terroriste mais plutôt (au conditionnel tout de même) du geste d'une personne souffrant de problèmes psychologiques.

"Bien sûr, il est beaucoup trop tôt pour écarter définitivement la piste terroriste. Malgré tout, à ce stade, il apparaîtrait tout de même qu’il ne s’agisse pas d’un acte terroriste mais plutôt d’une personne qui a agi de manière isolée. Peut-être souffre-t-elle d’un quelconque déséquilibre ? Ou a-t-elle agi pour d’autres motifs ? Nous ne pouvons répondre à ces questions pour le moment", a encore répondu Rym Kechiche.

On apprend également ce mardi que les trois victimes ont pu quitter l'hôpital. Parmi elles se trouvait un diplomate du Bahreïn, selon un communiqué du ministère des Affaires étrangères de cet état du Golfe.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK
JT 13h
en direct

La Une

JT 13h