Un monde agité de soubresauts

Un monde agité de soubresauts
Un monde agité de soubresauts - © Tous droits réservés

On imagine le désarroi de Mario Draghi, le patron de la Banque  Centrale Européenne, face à la situation politique que connaît son pays, l’Italie.

L’avenir de celle-ci est désormais entre les mains d’une coalition inédite, où l’extrême gauche et l’extrême droite partagent le même refus d’une Europe qui, à leurs yeux, n’a rien fait pour aider l’Italie dans le dossier crucial de l’immigration de masse.

Et la phrase lâchée par le Commissaire européen au Budget, l’Allemand Günther Oettinger, n’est certes pas de nature à apaiser la mouvance eurosceptique italienne: "Les marchés financiers vont appendre aux Italiens à bien voter" [le journaliste qui avait rapporté ces propos a reconnu qu'il avait mal retranscrit les paroles du commissaire européen, ndlr.]

M. Oettinger sait de quoi il parle. Le " spread ", ce très scruté écart entre les taux d’intérêt à dix ans dans la zone euro, est, pour ce qui concerne l’Allemagne et l’Italie, à son plus haut niveau depuis novembre 2013, soit 235 points. En l’espace de deux semaines, il a gagné une centaine de points. 

La dette italienne s’élevait, fin mars, à 2302 milliards d’euros, soit quelque 132% du PIB du pays. C’est le ratio le plus élevé en Europe derrière la Grèce, bien loin des 60% imposés par l’Union européenne. Et cette dette est, à 70%, détenue par les Italiens eux-mêmes.

Il est clair qu’avec un programme dont les principales mesures sont évaluées à 100 milliards d’euros, la nouvelle coalition ne peut qu’aggraver la situation. 

C'est la population italienne qui trinquera au bout du compte

Lorsque se posera inéluctablement le problème du refinancement de la dette italienne, on peut s’attendre à ce que les instances européennes adoptent une attitude ferme à l’égard de ces dirigeants qui les vouent aux gémonies. Et c’est la population italienne qui trinquera au bout du compte. 

Bref, on saisit la complexité de la tâche qui attend le nouveau Premier ministre italien, Guiseppe Conte. Elle relève tout simplement de la quadrature du cercle !

L’Espagne, quant à elle, connaît également un bouleversement de taille, avec le renversement du gouvernement de Mariano Rajoy, suite au scandale de corruption qui éclabousse le Parti populaire. Retour au pouvoir des socialistes…. avec le soutien des indépendantistes catalans, qui comptent évidemment sur un renvoi d’ascenseur : la libérations des prisonniers politiques et la fin du régime de tutelle de Madrid sur la Catalogne. Ici aussi, la tâche du nouveau Premier ministre, Pedro Sanchez, s’avère des plus délicates.

Nous ne verserons pas une larme sur le sort réservé à Mariano Rajoy, dont l’attitude dans le dossier catalan nous a rappelé les heures sombres du franquisme. 

Amercia First!

En France, les tentatives du Président Emmanuel Macron pour amener son homologue américain à la raison, ont lamentablement échoué. Les accolades chaleureuses à Washington n’ont pas empêché Donald Trump d’appliquer à la lettre le programme pour lequel il a été élu : sortie de l’accord de Paris sur le climat, retrait de l’accord sur le nucléaire iranien, installation de l’Ambassade des Etats-Unis à Jérusalem,  droits de douane sur l’importation d’acier et d’aluminium.

Ferme à l’égard de ses ennemis, Donald Trump n’épargne toutefois pas ses alliés. Le Canada et l’Union européenne sont touchés au cœur. America first ! La stratégie isolationniste ira-t-elle jusqu’à frapper l’importation des voitures allemandes sur le sol américain ? Pour la chancelière Angela Merkel, le choc serait particulièrement rude. 

Les images qui nous parviennent de la bande de Gaza sont terribles. Ce qu’écrivait François Perin en 1979 trouve un écho gigantesque : "De nationalisme de défense, le Sionisme devait fatalement devenir, en se pratiquant, un nationalisme d’envahissement par immigration au détriment d’une population arabe forcée d’être privée de toute identité nationale. Si on veut rendre un peuple fou furieux jusqu’au meurtre, aveugle et suicidaire, il suffit de lui contester une identité nationale. (…) Pourquoi Jérusalem doit-elle être accaparée par le seul Etat hébreu ? Jérusalem devrait être ce qu’elle est profondément : à la fois le siège des institutions de l’Etat d’Israël, le siège des institutions de la Nation arabe palestinienne enfin reconnue, et ville sainte des juifs, des musulmans et des chrétiens".

Entre Paris et Ankara, la tension monte, suite à la publication du numéro du " Point " qualifiant le président turc Recep Tayyip Erdogan de " dictateur " et de " nouvel Hitler ".  Pour Emmanuel Macron, les choses sont claires : "La liberté de la presse n’a pas de prix : sans elle, c’est la dictature". 

Au Kremlin, le président Vladimir Poutine rêve d’un retour à la Grande Russie. Et l’on apprend que la Suède se prépare à une éventuelle guerre avec Moscou…

Elections au Congo

Inquiétude également à propos des futures élections présidentielles en République démocratique du Congo. Le président Joseph Kabila respectera-t-il l’Accord de la Saint-Sylvestre aux termes duquel il ne se représentera pas ? Rien n’est moins sûr. En attendant, Emmanuel Macron et son homologue angolais, Joao Lourenço, ont clairement rappelé leur opposition à l’éventualité d’un troisième mandat. Le non-respect de l’Accord de la Saint-Sylvestre risquerait, en effet, de plonger toute la région dans l’instabilité. 
On le voit, le monde est agité de soubresauts et les raisons d’inquiétude sont légion. 

D’ici quelques jours, Donald Trump doit rencontrer à Singapour le président nord-coréen, Kim Jong-un. Une rencontre qui peut engendrer le meilleur comme le pire, tant les deux hommes sont imprévisibles. 

Bien optimiste, Anatole France, lorsqu’il écrivait dans " Sur la pierre blanche " : "La paix universelle se réalisera un jour non parce que les hommes deviendront meilleurs (il n’est pas permis de l’espérer) ; mais parce qu’un nouvel ordre des choses, une science nouvelle, de nouvelles nécessités économiques leur imposeront l’état pacifique".

(1) Derniers livres parus : " François Perin – Biographie ", Editions Le Cri, et " Un Testament wallon – Les vérités dangereuses ", Mon Petit Editeur, 2016.
 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK