Lettre ouverte aux ministres en charge de B-FAST et à tous les Belges

Lettre ouverte aux ministres en charge de B-FAST et à tous les Belges
Lettre ouverte aux ministres en charge de B-FAST et à tous les Belges - © Tous droits réservés

En tant que volontaires de B-FAST, nous aimerions, par cette lettre, vous fournir des informations correctes vous permettant de juger objectivement le fonctionnement et l'engagement de l'actuel B-FAST team.

En premier lieu, nous voulons exprimer notre plus grand respect pour les membres du team qui ont fait de leur mieux au Népal, dans des circonstances difficiles et chaotiques.

Pour notre engagement volontaire, avec les risques qu’il comporte, pour notre temps libre consacré aux missions, pour les longues journées et nuits passées dans des circonstances souvent difficiles, nous ne revendiquons pas le statut de héros. Nous sommes fiers de pouvoir investir notre expérience et, au nom de notre pays, aider ceux qui souffrent, n'importe où dans le monde. C'est ce que nous faisons comme B-FAST'ers depuis l'année 2000.

Concernant le choc médiatique consécutif à la mission au Népal, il doit être dit, haut et clair, que la décision du Comité de Planning (composé des représentants des SPF Affaires Étrangères, Santé Publique, Intérieur et Défense) a été respectée par l'équipe B-FAST (au Népal et en Belgique) et exécutée au mieux de nos capacités. Le Comité de Planning a pris en compte la demande concrète de la part du pays concerné ainsi que de la part de la coordination par les Nations Unis et la Commission Européenne. C'est ce qui est attendu sur la scène internationale d'une organisation gouvernementale.

Étant en formation le week-end du tremblement de terre, les membres d'équipe étaient prêts et le matériel pouvait être préparé immédiatement pour un départ instantané. Cela explique évidemment notre questionnement concernant la décision et le départ tardifs, ainsi que le choix d'envoyer uniquement l'équipe USAR, alors que B-FAST emmenait, à chaque fois, lors des missions précédentes, un hôpital de campagne.

La suite, déplorable surtout pour la population népalaise, vous est bien connue.

B-FAST effectue, après chaque mission, une évaluation interne et, comme équipe, nous voulons évidemment que des leçons soient tirées de cette mission. Nous espérons que le gouvernement s'engagera à coordonner d'une façon plus rapide, plus cohérente et adéquate, les prochaines demandes d'aide internationale qui seront adressées à la Belgique. Entre-temps, cette évaluation doit être faite dans les meilleures conditions et, surtout, par les experts compétents et impartiaux.

Après des dizaines de missions depuis sa création, B-FAST jouit d’un respect international. Le WHO (World Health Organisation) l'exprime ainsi: “Nous connaissons B-FAST comme un partenaire fiable, tout à fait dans la ligne avec la politique "Foreign Medical Teams Initiative" qui commence à porter ses fruits". Cette initiative mondiale a été créée après le tremblement de terre en Haïti en 2010 en vue d’apporter ordre et qualité dans le chaos de l'assistance médicale en cas de catastrophe, et le coordinateur de Santé Publique de B-FAST a joué un rôle primordial dans sa mise en place. De plus, il est co-auteur du manuel de qualité qui en est le résultat.1

La reconnaissance internationale que reçoit B-FAST, est un grand honneur pour nous. Parmi d’autres, la réaction du leader de cette initiative au WHO2 en est la preuve:

“B-FASTs ability to deploy quickly to recent sudden onset disasters with vital medical support, and to comply with the WHO Foreign Medical Team standards has been excellent. We need more medical teams worldwide that have the logistics support and processes in place to respond within hours to a disaster as the loss of life from preventable causes peak in the first hours, and decreases rapidly in the first three days, time matters. Experience from the ground here in Nepal shows we need more medical teams that can respond fast, and with the appropriate logistics support. My experience of the B-FAST team in Haiyan was just such a speedy response."

Le monde scientifique, lui aussi, a exprimé son admiration concernant B-FAST dans un " Evidence Based " article de 2012, qui démontre, noir sur blanc, que B-FAST est la première équipe internationale à avoir été opérationnelle en Haiti3, et a effectué une tâche importante lors du cyclone aux Philippines. Concernant le rôle récent de B-FAST lors de l'épidémie Ebola, il n'y a eu aussi que des compliments.

Si nous passons en revue les nombreuses mission de B-FAST (voir schéma) En tant que volontaires de B-FAST, nous aimerions, par cette lettre, vous fournir des informations correctes vous permettant de juger objectivement le fonctionnement et l'engagement de l'actuel B-FAST team.) on retrouve que de la reconnaissance et du respect.

Finalement, nous trouvons important de mentionner que B-FAST, au long des années, a investi beaucoup en formation de toutes ses différentes composantes (infirmiers, médecins, sauveteurs, maîtres-chiens, pharmaciens, logisticiens, experts en télécommunications et en purification d'eau, cadres, …) pour toutes ses missions courantes (USAR sauvetages, hôpital de campagne, purification d'eau,…). Ces formations, tant théoriques que pratiques ont pour but de répondre aux normes internationales (accréditation), ce qui constitue un vrai label de qualité. Aucun autre team dans ce pays n’est capable de présenter un tel bilan.

C'est exactement pourquoi nous sommes B-FAST'ers de tout cœur et pleins de conviction.

En grande partie c'est le mérite de Geert Gijs de soulever cette équipe à ce niveau actuel au cours des quinze années écoulées, en travaillant et vivant jour et nuit pour cette équipe, en étant respecté sur la scène internationale et en gérant la partie médicale, effectivement, d'une main de fer. Il est incompréhensible que cette appréciation soit mise en doute dans notre propre pays. Une réhabilitation semble donc opportun!

 

Nous espérons, par cette lettre, avoir apporté les éclaircissements nécessaires et nous engageons, devant notre pays et devant tous les Belges, de les représenter dignement lors d'une prochaine mission, au service de la population affectée, dont l'appréciation est la seule qui compte à nos yeux.

A votre service et à celui du monde entier,

 

Soussigné par 161 B-FAST'ers jusqu'à présent

 

dont Johan Schots, Anne-Katrien Billiet, Annemie Vandevyver, Annick Labeeuw, Bartel Van de Walle, Benny Van Gansen, Carine Lauwaert, Christel Hendrickx, Dimitri De Fré, Dominique Rosseneu, Emmanuel Braem, Fleur Camfferman, Geert Van Iseghem, Jan Lambregt, Jan Van Breedam, Jeroen Langendries, Koenraad Schwagten, Kristoff Mortier, Kristy Zaman, Marijke Avonts, Nico Rooselaer, Paul Thielemans, Pierre Todorov, Sandy Vanwonterghem, Stef De Cruyenaere, Stijn Hermans, Tim Das, Tim Dewyn, Tom Staes, Yvan Somers, Gerlant van Berlaer, et encore 130 B-FAST'ers

 

Références:

1 - Gerdin M, Wladis A, von Schreeb J. Foreign field hospitals after the 2010 Haiti earthquake: how good were we? Prehosp Disaster Med. 2012 Feb;27(1):90-3. doi: 10.1017/S1049023X11006832.

2 - Dr. Ian Norton, Technical adviser and project leader Foreign Medical Teams, Emergency Risk Management and Humanitarian Response, WHO, Geneva

3 - Norton I, von Schreeb J, Aitken P, Herard P, Lajolo C. Classification and minimum standards for foreign medical teams in sudden onset disasters. Geneva: World Health Organisation, 2013. (http://www.who.int/hac/global_health_cluster/fmt_guidelines_september2013.pdf)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK