La RTBF sème-t-elle la haine envers la Flandre? Une vidéo pour juger

La RTBF sème-t-elle la haine envers la Flandre? Une vidéo pour juger
La RTBF sème-t-elle la haine envers la Flandre? Une vidéo pour juger - © RTBF

Fini les slogans. Retour aux faits. D’abord, savoir de quoi l’on parle. Et en parler posément. Il y a près de deux mois, le JT de 19h30 diffusait un reportage sur des critiques émises par un groupe d’étudiants à l’égard d’Hendrik Vuye, professeur de droit constitutionnel à Namur, très apprécié mais aussi éminemment engagé (conseiller N-VA). Et voilà qu’aujourd’hui, certains médias flamands se reposent sur cette séquence pour accuser la RTBF d’un mal indicible: semer la haine envers la Flandre.

Le contexte 

Depuis quelques jours, Hendrik Vuye communique, de façon très dure, sur un reportage qui lui a été consacré dans le JT de la RTBF le 15 février 2012.

Ce jour-là, nous avons été informés que certains étudiants de son cours de Droit constitutionnel estimaient que des propos tenus par le professeur s’assimilaient trop au programme de la N-VA. Notre journaliste, Sacha Daout, a rencontré ces étudiants et a recueilli leurs témoignages.

La méthode

L’entretien a duré 40 minutes. Les interviewés ont évoqué les propos parfois provocateurs tenus par le professeur. Le recteur des Facultés a annoncé qu’il discuterait de ces critiques avec le professeur. Aucun étudiant ne demandait qu’Hendrik Vuye soit écarté. Certaines accusations graves ont même été écartées car impossibles à vérifier.

D’autres étudiants ont été rencontrés le même jour. Ils ont dit beaucoup de bien du professeur. Leurs interviews ont également été diffusées.  

L’attaque tardive

La salve médiatique commence  mercredi dernier (près de 2 mois plus tard), dans le magazine Knack. Arguant du fait que Hendrik Vuye a reçu le prix "Poullet d’or" du professeur préféré des étudiants de Namur, le magazine flamand présume que la RTBF doit "rire jaune".

Knack publie un article signalant que "la RTBF fait tout pour mettre le professeur Vuye à la porte". Sans prendre la peine de faire réagir la RTBF, le magazine accuse:"un journaliste a demandé à un groupe d’étudiants en droit si Vuye était un raciste et s’il ne devait pas être mis à la porte".

Vous le constaterez par vous-même, jamais cette question n’a été posée dans le reportage. Aucune question orientée n’y figure, d’ailleurs. Le reportage est équilibré. La présence de témoignages contradictoires relativise les critiques émises par certains étudiants. Le professeur lui-même réagit avec précision, ouverture et argumentation. 

Emballement médiatique

De Standaard a  pris le relais dans son supplément du week-end derrnier, avec une nouvelle  interview non contradictoire de Hendrik Vuye.  Et ce matin, notre confrère de La Libre Belgique Christian Laporte renchérit lors d’un débat radiophonique sur Radio 1.  Abondant dans le sens du professeur Vuye,  il réagit à un reportage qu’il nous avoue ensuite n’avoir lui-même jamais vu.  Nous l’invitons donc aujourd’hui à prendre connaissance du sujet.  

Entretemps, le mal est fait : De Standaard en ligne titre sur " la campagne de haine " de la RTBF contre Hendrik Vuye…

Même Yves Leterme

Sur Twitter, Yves Leterme, pas toujours ravi de l’image qu’il a véhiculée sur l’antenne de la RTBF, se lance aujourd’hui dans un tweet très impulsif  : " Ch. Laporte (journaliste) démontre le manque de professionnalisme et d’objectivité du journal Le Soir et de la rtbf. Manque de niveau en effet. "

Généralisation hâtive :  Le Soir, RTBF, même combat ?  Il n’y a aucun combat. Du journalisme libre et indépendant, dépendant d’aucun groupe de pression, qu’il soit francophone, de gauche, de droite, du centre, ou N-VA.  

En revanche, on peut se demander pourquoi, près de deux mois après sa diffusion, ce reportage provoque chez certains un emballement très idéologique.

Johanne Montay avec Sacha Daout

Pour vous permettre de vous faire votre opinion, nous vous proposons de revoir la séquence à l’origine de cette soudaine et tardive attaque.

Une vidéo pour juger 

 

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK