L'Europe complice des crimes du régime iranien ?

Hasan Addaher
Hasan Addaher - © Tous droits réservés

Une délégation du Parlement Européen se rendra en Iran à partir du 27 octobre. Pour le coordinateur du Comité belge pour soutenir la révolution syrienne, c’est une manière de légitimer un régime qui continue à soutenir le président syrien

L’Europe a reçu le prix Nobel de la Paix. A ce titre, elle se doit d’être d’autant plus vigilante quant à ses prises de positions et aux messages qu’elle envoie.

L'iran ne changera rien à sa politique

L’Iran soutient largement l’actuel président syrien, Bachar Al Assad, politiquement mais aussi en armes, en munitions et surtout par l’envoi de milliers de mercenaires en Syrie. Il reste le seul allié de Bachar Al Assad dans la région.

Le monde observe, sans intervenir, le massacre en cours en Syrie, avec l’excuse qu’il n’y a pas d’opposition unifiée, donc pas d’interlocuteurs avec qui préparer de futurs accords.

Dans ce contexte, nous, qui soutenons la révolution en cours en Syrie, nous nous insurgeons contre l’envoi d’une délégation de 16 personnes représentant l’Europe pour un dialogue avec l’Iran. La dictature iranienne se réjouit certainement de cette reconnaissance, mais se moque des recommandations que cette délégation lui proposera, que cela concerne le nucléaire, le respect des droits de l’homme et des femmes ou le soutien au dictateur voisin, Bachar Al Assad.

Négocier avec les actuels responsables iraniens revient à leur donner une légitimité. Rappelons que lors de la visite de la délégation européenne à Téhéran en 2006, des exécutions publiques ont eu lieu dans la ville le jour même de leur arrivée. La délégation avait pour objectif de demander le respect des droits humains… Cette visite n’empêchera pas non plus l’Iran d’utiliser le nucléaire si ses responsables le jugent utile.

Un dialogue impossible

Le régime iranien a déjà prouvé que le dialogue est inutile et impossible, à voir les crimes commis en Iran même, mais aussi en Irak, au Liban avec le Hezbollah et aujourd’hui en Syrie. Quel dialogue attendre avec un régime dont les représentants se prétendent inspirés de Dieu directement ?

Des Verts Européens sont membres de cette délégation. Plusieurs parmi nous ont voté Ecolo et Groen aux dernières élections. Nous avions apprécié la présence et les prises de parole de Mesdames Isabelle Durant et Zoé Genot lors d’une marche de solidarité avec le peuple syrien. Alors pourquoi former cette délégation ? Quelles raisons se cachent derrière cette visite ?

La population iranienne souffre certainement des sanctions économiques imposées par la communauté internationale, mais elle souffre encore plus de tous les crimes du régime.

Pour rappel, Aung San Suu Kyi, elle aussi prix Nobel de la Paix et vivant en Birmanie, insistait pour l’application des sanctions économiques envers son pays et de son isolement politique afin de faire fléchir les militaires au pouvoir.

Nous demandons à ceux qui ont décidé de participer à cette mission de réfléchir et de renoncer à cette visite, outrageante pour les citoyens démocrates que nous sommes et qu'ils représentent.

Hasan Addaher

Coordinateur du CBSRS

Le Comité Belge pour Soutenir le Révolution Syrienne (CBSRS) est actif dès le début du soulèvement en Syrie. Il est représentatif de la mosaïque syrienne, Arabes sunnites, Assyriens chrétiens et Kurdes, des partis politiques d'opposition et des indépendants y sont actifs avec quelques Européens. Il organise diverses manifestations de solidarité avec le peuple syrien.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK