Combattants djihadistes en Syrie ? Un autre point de vue

Hasan Addaher
Hasan Addaher - © Tous droits réservés

Au moment où le monde politique belge s'inquiète du départ de jeunes de Belgique pour aller combattre en Syrie, le point de vue d'un partisan de l'opposition en lutte contre le régime syrien.

Lentement mais sûrement la Révolution syrienne commence à être considérée comme un mouvement rebelle terroriste dans les médias occidentaux en décrivant les combattants comme salafistes, djihadistes, islamistes et autres termes extrêmes.

Cette révolution est restée pacifiste pendant six mois, mais les crimes du régime rendus possible par les armes iraniennes et russes d'une part et par le silence hypocrite de l’Occident d’autre part, ont contraint les Syriens à se défendre.
Bachar al Assad a réussi à répandre des expressions négatives sur les révolutionnaires syriens. Je ne suis pas ici pour nier qu'il y ait des islamistes en Syrie qui combattent au nom du Jihad, mais comme de nombreux Syriens, lorsque quelqu'un vient à mon secours contre un régime qui tue mes enfants, viole mes filles et mes sœurs et jette leurs corps dans les poubelles, j’approuve leur engagement.

La sécurité d'Israel

Depuis deux ans, activement ou passivement, le monde soutient les crimes contre les Syriens, avec l'excuse de la sécurité d'Israël. De nombreux Syriens se demandent aujourd’hui si Bachar devra tuer 6 millions de Syriens avant que le monde se sente enfin coupable, complice ou responsable.

Pourquoi les Allemands sont-ils frileux quant à l’aide à apporter à l’opposition syrienne ? L’Europe protège Bachar en niant l'accès aux armes pour les Syriens en légitime défense.

En tout état de cause, si Israël décide de considérer la révolution syrienne comme ennemie, cela n’empêchera pas les Syriens de se battre jusqu’au bout pour leur liberté. Au niveau stratégique à long terme, les Israéliens se piègent eux-mêmes, une guerre contre le terrorisme en Syrie serait la pire chose pour tout le monde. Les Syriens sont décidé à mener cette guerre pour la liberté jusqu’à sa victoire, quel que soit le prix à payer. Après 43 ans de dictature de la famille Assad, ce régime a tout volé, et en premier lieu la dignité et les rêves d'une vie meilleure.

Héros ou terroristes?

Une dernière chose que je voudrais avancer ici à propos de l’hypocrisie des media et des politiciens belges : ils commencent à appeler terroristes ceux qui vont en Syrie pour lutter contre les crimes du régime d'Assad, alors que je me rappelle par exemple que les pilotes belges qui sont allés au Royaume-Uni pendant la seconde guerre mondiale sont considérés comme des héros alors qu’ils se battaient à partir d’un autre pays contre Hitler.

C'était une autre histoire et les Syriens écrivent désormais une nouvelle histoire.

Mr D. Reynders en particulier, dans l’émission mise au point du dimanche 14 avril, traite de " terroristes " les Belges qui tentent de rejoindre l’opposition en Syrie tandis que d’autres gouvernements européens rencontrent et négocient avec les représentants de cette même opposition. Pendant qu’il parlait, 20 enfants sont morts sous les bombardements de l’armée de Bachar Al Assad.

Ce qu'il faut ce sont des armes, pas des hommes

Il y a suffisamment d’hommes prêts à combattre aujourd’hui en Syrie. Ce sont des armes dont la résistance a besoin. Des Syriens désireux de partir combattre se retrouvent bloqués en Turquie. Il est difficile de croire que des jeunes belges, sans entraînement et certains ne parlant pas l’arabe, aient pu utilement rejoindre la résistance syrienne et qui plus est, s’y retrouveraient empêchés de quitter le pays.

Hasan Addaher, Comité belge pour soutenir la révolution syrienne

Le Comité belge pour soutenir la révolution syrienne (CBSRS) est actif dès le début du soulèvement en Syrie. Il se présente comme représentatif de la mosaïque syrienne, Arabes sunnites, Assyriens chrétiens et Kurdes, des partis politiques d'opposition et des indépendants y sont actifs avec quelques Européens. Il organise diverses manifestations de solidarité avec le peuple syrien

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK