Yémen: accord de principe du gouvernement à l'initiative de paix de Kerry

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a annoncé jeudi à Jeddah une nouvelle initiative de paix pour le Yémen proposant la formation d'un gouvernement d'union nationale.
Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a annoncé jeudi à Jeddah une nouvelle initiative de paix pour le Yémen proposant la formation d'un gouvernement d'union nationale. - © STR - AFP

Le gouvernement yéménite exilé en Arabie saoudite a donné son accord de principe à l'initiative de paix du secrétaire d'Etat américain John Kerry de reprendre les pourparlers avec les rebelles Houthis sur la base de la formation d'un gouvernement d'union nationale.

A Sanaa, les rebelles ont eux affirmé avoir discuté de la mise en place d'un gouvernement, assurant qu'ils répondraient "positivement" à toute démarche visant à mettre fin au conflit et à parvenir à "la paix souhaitée".

Le Conseil des ministres yéménites, réuni à Ryad, a donné son "accord de principe aux idées de la réunion de Jeddah" à laquelle avait participé M. Kerry, a rapporté tard samedi l'agence gouvernementale Saba.

M. Kerry a annoncé jeudi une nouvelle initiative de paix pour le Yémen proposant la formation d'un gouvernement d'union nationale, pour mettre fin à un conflit qui dure depuis 17 mois.

L'annonce a été faite après une rencontre consacrée au Yémen à Jeddah (ouest de l'Arabie saoudite) du chef de la diplomatie américaine avec ses homologues du Golfe et un responsable du Foreign Office.

En mars 2015, Ryad a pris la tête d'une coalition militaire arabe pour enrayer au Yémen voisin l'avancée des rebelles Houthis qui, alliés aux partisans de l'ex-président déchu Ali Abdallah Saleh, étendaient leur emprise sur le pays après avoir conquis la capitale Sanaa et poussé à la fuite le président Abd Rabbo Mansour Hadi.

L'initiative annoncée par M. Kerry prévoit une participation des rebelles chiites Houthis, accusés d'être soutenus par l'Iran, à un gouvernement d'union nationale contre leur retrait de la capitale Sanaa et de larges zones du nord du Yémen et la remise des armes lourdes à une tierce partie.

Les rebelles demandaient la constitution d'un tel gouvernement comme un premier pas pour résoudre le conflit.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK