Yémen: 19 morts dans des combats impliquant Al-Qaïda à Aden

Combats dans la ville de Taëz au Yémen, le 12 mars 2016
Combats dans la ville de Taëz au Yémen, le 12 mars 2016 - © AHMAD AL-BASHA

De nouveaux accrochages ont opposé dimanche les forces de l'ordre à Al-Qaïda à Aden, la grande ville du sud du Yémen où 19 personnes dont 17 djihadistes ont péri en deux jours dans les combats et les raids, selon des sources de la sécurité.

Après une accalmie nocturne, les combats ont repris tôt dimanche matin à Al-Mansourah où les forces de sécurité avaient lancé la veille une vaste opération pour tenter de reprendre ce quartier résidentiel devenu un fief d'Al-Qaïda à la faveur du chaos qui règne au Yémen, ont ajouté les mêmes sources.

Des avions de combat et des hélicoptères Apache de la coalition arabe ont mené plusieurs raids nocturnes en soutien aux forces yéménites, prenant pour cible au moins trois véhicules militaires et les locaux d'un conseil municipal tenus par les djihadistes d'Al-Qaïda, selon les mêmes sources.

"Au moins 17 combattants d'Al-Qaïda et deux policiers ont trouvé la mort depuis samedi", a déclaré l'une de ces sources, précisant que "la plupart des insurgés islamistes ont été tués dans les raids aériens de l'aviation de la coalition".

Un précédent bilan faisait état samedi de 14 morts, dont 12 membres d'Al-Qaïda.

Dimanche en milieu d'après-midi, la situation était tendue avec des accrochages sporadiques, selon des témoins.

Les djihadistes tenaient toujours le quartier d'Al-Mansourah où des dizaines de leurs partisans sont arrivés en renfort dans la nuit en provenance des provinces voisines d'Abyane et de Lahj, où le réseau extrémiste a une forte présence, ont indiqué des habitants.

Au total, Al-Qaïda compte quelque 300 combattants fortement armés à AL-Mansourah, selon des estimations de sources de sécurité.

Les djihadistes d'Al-Qaïda et du groupe Etat islamique (EI) ont renforcé leur présence dans le sud du Yémen en l'absence des structures de l'Etat, affaibli par la guerre opposant les forces loyalistes aux rebelles chiites Houthis, accusés de liens avec l'Iran.

A Taëz, grande ville du sud-ouest du Yémen assiégée par les Houthis depuis des mois, de violents combats se déroulaient dimanche. Les forces progouvernementales tentaient d'avancer après avoir repris vendredi aux Houthis les banlieues sud et ouest, selon des sources militaires loyalistes. Un convoi de renforts militaires destinés aux rebelles a été bombardé dimanche par les avions de la coalition, selon ces sources.

Samedi, 37 personnes (24 rebelles, 9 combattants loyalistes et 4 civils) ont été tuées dans les combats et des raids aériens de la coalition, portant à 94 le nombre des morts en deux jours, selon des sources militaires.

Selon l'ONU, le conflit au Yémen a fait plus de 6100 morts, dont près de la moitié des civils, depuis l'intervention en mars 2015 d'une coalition arabo-sunnite menée par l'Arabie saoudite contre les rebelles, qui contrôlent toujours la capitale Sanaa et de larges parties du nord et de l'ouest du pays.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK