Un an après, le régime syrien célèbre la reconquête d'Alep

Ce jeudi 21 décembre 2017, des milliers de personnes défilaient dans les rues du centre d’Alep pour commémorer la victoire contre les rebelles syriens, un an plus tôt.

Durant ce rassemblement organisé par les autorités, les manifestants brandissaient des portraits du président Bachar al-Assad ou de militaires loyalistes tombés au combat. Des soldats armés marchaient en pas cadencés, au son des fanfares et des chants patriotiques.

 

Joumaa Sabbouh assistait aux célébrations. Il a perdu son fils durant les combats. "Bien sûr que j'ai été triste pour mon fils Ibrahim. Mais la joie de la victoire est venue éclipser la tristesse", confie le quinquagénaire au visage ridé. "Nous avons offert de nombreux martyrs pour obtenir la sécurité".

Il y a un an, jour pour jour, les troupes de Bachar al-Assad et de ses alliés (Russes, Iraniens, Hezbollah libanais, Irakiens et Afghans) reprenaient officiellement le contrôle de la seconde ville du pays, après une intense campagne de bombardements dans les dernières semaines. Cette date marquait la fin de la Bataille d'Alep (quatre ans de combats et plus de 21 000 morts) et annonçait une reprise en main croissante du territoire syrien par le régime.

 

Aujourd’hui, la vie reprend peu à peu son cours dans la seconde ville du pays, considérée comme le poumon économique de la région.  La partie est, qui était sous contrôle des rebelles, demeure encore sous les décombres. Mais l'électricité et l'eau ont été quasiment rétablies partout,  les rues de nouveaux asphaltées. Alors que la moitié des habitants ont quitté Alep durant les combats, certains ont fait le choix de revenir. 

La ville semble désormais à l’abri des combats, pourtant la guerre n'est jamais très loin. Selon l'agence de presse officielle Sana, deux civils ont été tués par des tirs de rebelles, juste avant le célébration du premier anniversaire. Sans oublier qu'à une dizaine de kilomètres d’Alep, la région d'Idlib est encore le théâtre d'affrontements violents entre rebelles et forces gouvernementales. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK