"Imaginez ne pas pouvoir assister au Super Bowl simplement parce que vous êtes une femme"

En Iran, les femmes ne peuvent assister à certaines rencontres sportives.
En Iran, les femmes ne peuvent assister à certaines rencontres sportives. - © Tous droits réservés

Au lendemain du Super Bowl, on découvre certains tweets amusants et d’autres moins. C’est le cas de celui-ci, posté par Human Rights Watch, l’ONG luttant pour défendre les droits de l’homme dans lequel on peut lire "Imaginez ne pas pouvoir assister au Super Bowl simplement parce que vous êtes une femme".

Quand le Super Bowl est regardé par 46,8% de femmes, en Iran, certains sports ne peuvent être regardés par la gente féminine.

Le 15 février 2015, l’Iran accueillera l’un des tournois internationaux de la saison 2015-2016 de beach-volley masculin, organisé par la Fédération internationale de volley-ball (FIVB). Le tournoi se déroulera sur l’île de Kish, située dans le golfe Persique. Un problème : il n’y aura que des hommes dans les tribunes. En effet, en Iran et depuis la révolution de 1979, les femmes sont interdites de se rendre au stade pour assister à des rencontres sportives de différents sports. Depuis 2012, la loi s’est étendue au volley-ball, un sport particulièrement apprécié par les iraniens, "violant ainsi le 4ème principe fondamental de la constitution de la FIVB et la charte olympique, toutes deux promouvant le principe de non-discrimination" écrit Minky Worden, directrice de Global Initiatives, sur CNN Opinion.

Un an de prison

En 2014, pour avoir bravé la règle, une Iranienne de 25 ans a été arrêtée et condamnée à un an de prison. Sous la pression de Human Rights Watch, la FIVB avait alors déclaré qu’elle ne confierait plus l’organisation de tournois internationaux à l’Iran. Une promesse que l’organisation humanitaire lui reproche aujourd’hui de renier. En juin dernier, les femmes avaient d’abord été autorisées à assister aux matchs de la Ligue mondiale de volley-ball avant de se voir menacées et exclues de ceux-ci. Pourtant, cela n’a pas empêché la Fédération internationale de volley-ball de supprimer l’Iran de sa liste d’hôtes, au contraire.

Human Rights Watch appelle à l’aide pour faire réagir la FIVB afin qu'elle bannisse l’Iran des possibles organisateurs tant qu’il bannira les femmes des manifestations sportives.