Explosion au Liban : les message de soutien affluent du monde entier, les propositions d’aides aussi

De nombreux pays ont présenté mardi leurs condoléances et proposé de l’aide au Liban, où deux énormes explosions ont secoué Beyrouth faisant des dizaines de morts et des centaines de blessés.

La Sûreté générale libanaise a indiqué que les déflagrations pourraient être dues à des "matières explosives", mais ajouté que l’enquête devrait déterminer "la nature exacte de l’incident".

Alors que les explosions ont également causé des dégâts considérables, le Premier ministre libanais Hassan Diab a lancé un "appel urgent à tous les pays amis et les pays frères".

La France a déclaré être aux "côtés du Liban" et son président Emmanuel Macron a annoncé l’acheminement de "secours et moyens français" à Beyrouth.

"La France présente ses condoléances aux familles des victimes et souhaite un prompt rétablissement aux nombreux blessés", a indiqué le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian.

 

Les Etats-Unis ont dit "suivre étroitement" les développements et tenter de savoir si des ressortissants américains ont été touchés par les explosions.

"Nous présentons nos plus sincères condoléances à tous ceux qui ont été touchés, et nous nous tenons prêts à offrir toute l’assistance possible", a déclaré un porte-parole du Département d’Etat.

Le secrétaire d'Etat a proposé l'aide des Etats-Unis au Liban après l'"horrible tragédie". 

Depuis le Royaume-Uni, ce mercredi, la reine Elizabeth II s'est dit "profondément attristée", par les explosions meurtrières qui ont dévasté Beyrouth, dans un message de condoléances adressé au président libanais Michel Aoun.

"Le prince Philip et moi sommes profondément attristés par les informations concernant l'explosion survenue hier (mercredi) au port de Beyrouth. Nos pensées et prières vont aux familles et amis de ceux qui ont été blessés ou ont perdu la vie, et à tous ceux dont les domiciles et les moyens de subsistance ont été affectés", a écrit la souveraine britannique de 94 ans dans ce message.
 

"La Russie partage le chagrin du peuple libanais", a déclaré de son côté le président russe, Vladimir Poutine, dans un télégramme de condoléances au président libanais, Michel Aoun.

Soutien dans la région

Le président Aoun a reçu un appel du président irakien, Barham Saleh, qui a assuré le Liban de la solidarité et offert de l’aider.

Des pays du Golfe, dont certains ont des relations étroites avec le Liban en lui fournissant de l’aide financière, ont rendu hommage aux victimes.

L’émir du Qatar, cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani, a appelé le président Aoun pour lui présenter ses condoléances, selon l’agence de presse officielle QNA, qui a ajouté que des hôpitaux de campagne seraient envoyés au Liban.

"Nos cœurs sont avec Beyrouth et son peuple", a tweeté de son côté le ministre des Affaires étrangères des Emirats arabes unis, Anwar Gargash, postant une photo de la célèbre Burj Khalifa de Dubaï, illuminée avec les couleurs du drapeau libanais.

"Que Dieu […] protège le Liban frère et les Libanais pour réduire leurs souffrances et soigner leurs blessures", a-t-il dit.

Le Koweït a annoncé qu’il enverrait de l’aide médicale d’urgence au Liban, selon l’agence officielle Kuna.

Le ministre jordanien des Affaires étrangères a appelé son homologue Charbel Wehbe pour lui faire part de sa solidarité, se disant prêt à offrir toute assistance au Liban.

Le chef de la Ligue arabe Ahmed Aboul Gheit a souligné l'"importance de trouver la vérité dans les explosions et ceux qui les ont causées."

Elles "vont malheureusement exacerber les difficultés du Liban et augmenter la gravité de la crise […] traversée par le pays ", a-t-il ajouté.

Ces explosions surviennent alors que le Liban connaît sa pire crise économique depuis des décennies, marquée par une dépréciation monétaire inédite, une hyperinflation, des licenciements massifs et des restrictions bancaires drastiques, qui alimentent depuis plusieurs mois la grogne sociale.

Israël, pays voisin, a proposé mardi soir une aide humanitaire au Liban, pays voisin avec lequel il est techniquement en état de guerre, après des explosions meurtrières à Beyrouth dont il a nié toute responsabilité.

"Israël s’est tourné vers le Liban par l’intermédiaire de contacts sécuritaires et politiques internationaux pour offrir une aide humanitaire et médicale au gouvernement libanais", ont annoncé dans un communiqué les ministères israéliens des Affaires étrangères et de la Défense.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK