Égypte: un avion britannique avait déjà été visé par un missile en août

Pour le gouvernement britannique, l'incident est lié à des manœuvres de l'armée égyptienne dans la région.
Pour le gouvernement britannique, l'incident est lié à des manœuvres de l'armée égyptienne dans la région. - © Tous droits réservés

Un avion de la compagnie aérienne britannique Thomson à destination de Charm el-Cheikh a été visé par un missile, passé à moins de 300 mètres, peu avant son atterrissage en août dernier, a confirmé le gouvernement britannique, cité par plusieurs médias britanniques.

Avec 189 passagers à son bord, le vol TOM 476 avait quitté l'aéroport de Londres-Stansted pour rejoindre la station balnéaire égyptienne le 23 août. Le pilote a été forcé d'opérer une manœuvre d'évitement, après qu'un missile a été repéré sur sa trajectoire.

L'avion a finalement atterri en toute sécurité, et les passagers n'ont pas été informés de l'incident. Le Département britannique du Transport a pour sa part tout de suite été alerté par la compagnie.

Manœuvres de l'armée égyptienne ?

Mais ce département n'aurait confirmé que ce vendredi soir que l'incident avait bel et bien eu lieu, tout en indiquant qu'il ne croyait pas que le missile était une tentative de viser l'avion britannique, préférant associer le projectile à des manœuvres de l'armée égyptienne.

"Nous avons enquêté sur l'incident qui avait été reporté et nous avons conclu qu'il ne s'agissait pas d'une attaque ciblée et qu'il était susceptible d'être lié à des exercices de routine menés par l'armée égyptienne dans la région à ce moment-là", a indiqué un porte-parole du gouvernement britannique, cité par le journal The Guardian.

Les compagnies aériennes sont actuellement interdites de vol en-dessous de 26 000 pieds au-dessus du Sinaï, poursuit le quotidien. Dans cette péninsule égyptienne, des djihadistes liés à l'organisation terroriste État islamique pourraient en effet avoir des capacités de tir suffisantes pour viser des appareils à plus basse altitude.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK