Un sauveteur raconte: "Les migrants hurlaient de terreur"

Max Avis est coordinateur adjoint des secours sur l'Aquarius. Il raconte comment s'est déroulée l'opération de sauvetage des 630 migrants le 9 juin dernier. Après avoir repéré deux canots pneumatiques en détresse, les zodiacs de l'Aquarius se sont dirigés vers les embarcations remplies de migrants.

"Nous avons atteint le premier canot. Les occupants étaient dans un sale état. Il y avait une forte odeur d’essence et certaines personnes présentaient des brûlures sur le corps. Nous avons décidé de stabiliser le canot, distribué des gilets de sauvetage et réussi à évacuer 20 personnes. Mais soudain, le canot a commencé à se démanteler. Nous l’avons encerclé, mais une partie des occupants est tombée à l’eau. En quelques minutes, une cinquantaine de personnes se sont retrouvées dans les flots."

Les sauveteurs commencent alors à leur jeter des gilets de sauvetage, dans le chaos le plus total. "On entendait les cris. Les gens hurlaient de terreur. On essayait de maintenir le canot à flot, et en même temps, on était assailli par ceux qui essayaient de monter sur les zodiacs."

Très vite, cependant, les gilets de sauvetage commencent à manquer. "Alors, il a fallu retirer les gilets de sauvetage de ceux qui étaient en train de grimper à bord, pour les jeter aussitôt à ceux qui tombaient à l’eau."

Impossible cependant de prendre tout le monde en charge. ''On a retiré de l’eau les personnes qui s’étaient noyées. Elles flottaient littéralement en position fœtale, 50 centimètres sous l’eau. Il leur restait un peu d’air dans les poumons, alors les médecins ont tenté de les réanimer. Mais ça, on a dû le faire sur place, à bord des zodiacs, parce qu’on n’avait pas le temps de les amener jusqu’à l’Aquarius, qui était trop loin. L'opération a pris plusieurs heures.''

Le sauvetage des autres canots pneumatiques et le transfert des personnes sur l'Aquarius dureront jusqu'à la fin de la nuit. Au matin, 629 personnes avaient été recueillies, toutes en état de choc. Malheureusement, deux personnes manquaient à l’appel, sans doute englouties par les flots.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK