Suède: ces jeunes séduits par les extrémismes

Suède : ces jeunes séduits par les extrémismes
3 images
Suède : ces jeunes séduits par les extrémismes - © DR

L'extrême-droite et les nationalismes progressent partout en Europe. C'est le cas en Suède, où de plus en plus de jeunes adhèrent au parti nationaliste "les Démocrates de Suède". D’autres rejoignent des mouvements d'extrême-droite comme les "Soldats d'Odin".

Linnéa Cortés distribue des bonbons avec le sourire, mais son discours est loin d'être en sucre. Elle a vingt ans et est la responsable de la branche de Stockholm des jeunes du parti des Démocrates de Suède. C'est un parti nationaliste représenté à 14% au parlement suédois. Pour la grande manifestation de printemps, la jeune femme n'a pas hésité à revêtir les habits traditionnels suédois. Sa position contre les migrants est assumée : "On donne beaucoup d'allocations aux migrants qui arrivent dans notre pays, donc ils n'ont pas besoin de s'intégrer. Ils n'ont pas besoin d'apprendre le suédois, de trouver un travail et c'est un grave problème."

"Il y a un risque de s'afficher comme Démocrate suédois"

Tobias Andersson, le président des jeunes Démocrates de Suède (SDU), aime aussi les bonbons. Pour lui les jeunes du parti doivent assumer leurs orientations politiques. "Aujourd'hui on voit que pour beaucoup de jeunes, il y a un risque, un risque social de s'afficher comme Démocrate suédois. Vous risquez que vos amis, votre famille soit contre vous. Et je veux essayer de changer cela."

Et quand on demande à Linnéa Cortés si le parti est raciste, voici ce qu’elle répond : "Qu'est-ce que je peux répondre à cela? ....Cela fait des années qu'on nous dit cela, mais non, dans nos principes, non il n'y a rien de raciste." Selon un récent sondage, un Suédois sur cinq pourrait voter pour les Démocrates de Suède.

Mais sont-ils racistes ou pas? Plusieurs membres du parti ont été condamnés pour diffamation. Ces derniers temps, le parti a lissé son image selon Daniel Poohl, spécialiste des mouvements nationalistes et rédacteur en chef du magazine Expo. "Les Démocrates de Suède, qui sont le grand parti nationaliste de Suède au parlement, ont réussi à se distancier du reste de l'extrême-droite, en tout cas aux yeux de l'opinion publique. Donc maintenant on a un grand paysage nationaliste extrémiste. D'un côté, on a les nationalistes, le parti des Démocrates de suède, et de l'autre côté, on a les groupes d'extrême-droite les plus radicalisés."

Les "soldats d’Odin" patrouillent en rue pour aider la police

Des jeunes, comme beaucoup d’adultes, sont désormais attirés par un nouveau groupe radical, les "soldats d'Odin". Ils utilisent comme logo une représentation du premier dieu de la mythologie nordique. Ils affirment qu'ils patrouillent en rue pour protéger la population contre les migrants.

Nous apprenons qu'ils se donnent rendez-vous dans la ville d'Eskilstuna à l'est de Stockholm. Nous décidons d’y aller. Il est 23h, nous reconnaissons rapidement quelques membres du groupe. Ils se rassemblent dans un fast-food et ils sont une vingtaine. Ils sont sur le point de ressortir en rue pour aller patrouiller la nuit. Nous nous approchons de trois jeunes membres du groupe. "On est les soldats d'Odin, on est des gardiens citoyens. On n'est pas de la police. On aide les gens. On regarde si tout est calme dans la ville et on arrête les bagarres, nous sommes des yeux supplémentaires pour la police."

Ce soir-là, ces jeunes et ces adultes patrouillent en pleine rue jusqu'à 3h du matin. La police les laisse faire. Un policier nous explique la situation, sous couvert d’anonymat. "Nous la police, on les surveille, mais c'est vrai, je trouve aussi que c'est bizarre que ces gars patrouillent ainsi."

Quel danger représente ce nouveau groupe extrémiste? Lisa Röstlund, journaliste pour le quotidien "Aftonbladet" a enquêté sur les "soldats d’Odin" pendant trois mois et a découvert des faits inquiétants. "L'ironie de l'affaire, c'est que ces jeunes et ces hommes disent qu'ils veulent mettre dehors les migrants et protéger les femmes des viols et des agressions sexuelles. Mais en ayant enquêté sur une centaine de membres du groupe, nous avons découvert que 45 ont été poursuivi pour des faits d'agressions, et une vingtaine pour des agressions sexuelles contre des femmes."

Des liens entre partis nationalistes et groupes extrémistes ?

Ce n'est pas tout, la journaliste affirme que ce groupe radical a des liens avec le parti des Démocrates de Suède, et que des miliciens ont assuré la sécurité d'un meeting du parti politique dans le sud du pays.

Nous retrouvons Linnéa Cortés, la responsable des jeunes Démocrates de Stockholm. Elle dément les liens, mais dit comprendre les motivations des "soldats d'Odin". "Je comprends la frustration qui existe chez ces gens. Car leurs filles, leurs petites amies ou leurs amies se sentent menacées par les groupes de migrants et la police n'a pas assez de moyens pour les protéger."

C'est avec ce genre de discours qu'elle arrive à convaincre des dizaines de jeunes Suédois. Et la jeune femme a de l'ambition. Elle rêve de se faire élire aux prochaines élections en Suède en 2018.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK