Sommet européen : les 27 ferment l’espace aérien européen aux avions biélorusses et prennent des sanctions

Les 27 chefs d’Etat et de gouvernements européens ont demandé la libération immédiate de l’opposant biélorusse ainsi que celle et de sa compagne, ainsi qu’une enquête sur les circonstances du détournement. Les 27 ont par ailleurs dégainé un nouveau train de sanction contre la Biélorussie.

La crédibilité européenne en jeu

Le programme du sommet européen qui se tient à Bruxelles a comme prévu été chamboulé : le détournement d’un avion de la compagnie Ryanair par la Biélorussie dimanche soir et l’arrestation de l’opposant Roman Protassevitch se sont invités dans les discussions. Les dirigeants européens se sont rapidement accordés sur une série de sanctions à l’égard du régime d’Alexandre Loukachenko.

La réaction européenne doit être rapide et sévère avait promis le Premier ministre belge Alexander de Croo. Il s’agissait de montrer qu’un pays tiers ne peut pas détourner un avion civil européen et kidnapper des résidents de l’Union européenne en toute impunité. C’est une question de crédibilité pour les Européens. Et il a fallu moins de deux heures pour que les 27 chefs d’Etats et de gouvernements se mettent d’accord sur un nouveau tour de vis contre la Biélorussie.

Des sanctions rapides et sévères

Il s’agit tout d’abord de sanctions personnelles : une nouvelle liste de personnes proches du régime sera établie dans les prochains jours. Des sanctions économiques ont également été déployées ; la liste des restrictions doit encore être établie mais elles pourraient cibler les entreprises qui financent le régime d’Alexandre Loukachenko.

Les dirigeants européens demandent aussi à leurs ministres des transports de fermer les aéroports de l’Union européenne à tous les appareils biélorusses. Ils encouragent enfin les transporteurs aériens européens à éviter la Biélorussie. Un message reçu 5/5. Plusieurs compagnies ont déjà annoncé qu’elles ne survoleraient plus l’espace aérien biélorusse.

Roman Protassevitch, un journaliste d’opposition de 26 ans, et sa compagne Sofia Sapéga se trouvaient à bord d’un Boeing de Ryanair reliant Athènes à Vilnius quand l’appareil a été dérouté dimanche sur Minsk après une alerte à la bombe qui s’est révélée mensongère, selon la Biélorussie. Ils ont été arrêtés à l’aéroport et le jeune homme est désormais détenu à Minsk, la capitale.

Sur le même sujet: JT 24/05/2021

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK