Second tour de la présidentielle en Autriche: l'extrême droite aux portes du pouvoir

L'extrémiste Norbert Hofer (à gauche), est considéré comme favori. L'écologiste Alexander Van der Bellen (à droite) fait figure d'alternative anti-FPÖ.
L'extrémiste Norbert Hofer (à gauche), est considéré comme favori. L'écologiste Alexander Van der Bellen (à droite) fait figure d'alternative anti-FPÖ. - © Tous droits réservés

L'Autriche vote ce dimanche pour élire son nouveau président lors du second tour de l'élection présidentielle. Le candidat d'extrême-droite Norbert Hofer partirait favori face à l'écologiste Alexander Van der Bellen.

Le mois dernier, Norbert Hofer, était arrivé en tête du premier tour avec 35% des voix, meilleur score de son parti, le FPÖ, à un scrutin national. Une claque cinglante pour les deux partis du gouvernement du chancelier social-démocrate Werner Faymann (SPÖ), qui a d'ailleurs démissionné après la débâcle.

Le candidat issu du parti des verts, Alexander Van der Bellen, deuxième, avait raflé 21,3% lors de la première manche.

De nombreux Autrichiens ne veulent pas de cette séparation souhaitée par le FPÖ

Et le défi est de taille pour l'écologiste : il n'y a pas eu de front républicain face au FPÖ, et les Verts ont mis toute leur énergie dans la bataille du second tour.

À l'image d'Alec Korun, née à Ankara, venue étudier en Autriche, députée au conseil national depuis 2008. "Nous pensons qu'au premier tour beaucoup d'électeurs ont voulu infliger un vote sanction au gouvernement", estime-t-elle.

"Si les anciens grands partis sont entretemps devenus de petits partis, ils le doivent à leur propre politique, poursuit la députée. Les verts sont le parti qui symbolise l'espoir et la confiance et qui peut les concrétiser. Nous pensons que, nous avons l'impression que de nombreux Autrichiens ne veulent surtout pas de cette séparation souhaitée par le FPÖ."

"Je serai président"

En face du candidat vert, Hofer semble confiant : "Je serai président", avait assuré l'ingénieur aéronautique de 45 ans, militant depuis sa jeunesse au FPÖ et vice-président du Parlement depuis 2013. Les observateurs lui reconnaissent un statut de favori, tout en restant prudents, faute de sondages entre les deux tours.

Une victoire de Hofer constituerait la première élection à la tête d'un État de l'Union européenne d'un représentant d'un parti radical et nationaliste.

La majorité des bureaux de vote ont ouvert à 7 heures ce dimanche. Le scrutin sera clos à 17 heures, heure à laquelle seront publiées les premières estimations.Le nouveau président, élu pour un mandat de six ans, prendra ses fonctions le 8 juillet.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK