"Orbanisation" de la Pologne? "L'Europe doit se mobiliser"

Le gouvernement polonais issu du parti conservateur Droit et Justice (PiS) a pris, ces dernières semaines, un certain nombre de mesures polémiques, comme le remplacement de juges à la Cour constitutionnelle. Cette décision a suscité de nombreuses protestations en Pologne et ailleurs. L'adaptation de la loi sur les médias a également été fortement critiquée : c'est désormais le ministre du Trésor qui nomme les dirigeants des médias publics. Pour Jean-Michel De Waele, politologue à l'ULB et spécialiste des pays de l'Europe centrale et orientale, c'est "très inquiétant" : "L'Europe doit se mobiliser, des signaux clairs doivent être envoyés à Varsovie".

"Il y a des atteintes à la qualité de la démocratie" dans d'autres pays d'Europe, rappelle-t-il, où "il y a une droitisation de l'opinion publique. Mais les Polonais, comme les Tchèques, comme les Slovaques sont devenus des Européens comme les autres. Là, malheureusement, l'élargissement a tristement réussi".

"Orbanisation"?

Les mesures prises par le gouvernement polonais n'étaient nullement annoncées dans le programme de PiS, insiste Jean-Michel de Waele: "C'est une surprise totale pour les citoyens polonais, qui ont voté (en octobre 2015) pour la politique sociale de PiS. PiS a proposé une Pologne plus juste, avec une politique catholique nationale claire, mais pas une attaque contre l’État de droit, pas suivre Orban dans ses attaques contre la démocratie libérale".

Les avertissements européens vont- ils influencer le processus en cours? "La grande question est de voir si le gouvernement va maintenant s'intéresser à appliquer son propre programme, ou si c'est en fait le début d'une 'Orbanisation' de la Pologne" conclut le politologue.

Retrouvez toute l'actualité européenne avec Euranet Plus, le premier réseau d'information européenne.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK