Le Premier ministre d'Irlande du Nord, Peter Robinson, a démissionné  

Le Premier ministre d'Irlande du Nord, l'unioniste Peter Robinson (d), le 6 mai 2015 à Belfast
Le Premier ministre d'Irlande du Nord, l'unioniste Peter Robinson (d), le 6 mai 2015 à Belfast - © Paul Faith

Le Premier ministre d'Irlande du Nord, l'unioniste Peter Robinson, a démissionné jeudi après le non ajournement de l'Assemblée régionale, dernier rebondissement d'une crise gouvernementale portant sur la réalité du démantèlement de l'Armée républicaine irlandaise (IRA).

"A la lumière de la décision des républicains, des nationalistes et de l'UUP de continuer comme si de rien n'était au sein de l'Assemblée, je me retire de mes fonctions de Premier ministre et les autres ministres DUP vont démissionner avec effet immédiat à l'exception d'Arlene Foster", ministre des Finances, a dit Peter Robinson lors d'une conférence de presse.

Il a précisé que Arlene Foster "restera en poste" et qu'elle le remplacerait en tant que "Premier ministre temporaire" à la tête du gouvernement de coalition "pour s'assurer que les nationalistes et les républicains ne sont pas en mesure de prendre des décisions financières ou autres qui pourraient nuire à l'Irlande du Nord".

L'annonce du départ de Peter Robinson et de trois ministres DUP intervient quelques heures après le rejet par la commission parlementaire chargée de l'ordre du jour de l'Assemblée de la région semi-autonome du Royaume-Uni de sa demande d'ajournement.

Tensions grandissantes

Peter Robinson avait demandé cet ajournement sur fond de tensions grandissantes avec son partenaire au sein du gouvernement de coalition, le Sinn Fein. Il accusait l'ancienne branche politique de l'Armée républicaine irlandaise (IRA) d'être malhonnête en prétendant que le groupe paramilitaire n'existe plus.

Ces tensions ont été exacerbées par le meurtre à la mi-août d'un ancien militant de l'IRA, Kevin McGuigan, dont le mode opératoire rappelle les assassinats punitifs commis par l'IRA. Selon la police, une partie de l'organisation, qui avait annoncé en 2005 avoir définitivement déposé les armes, est "toujours largement en place", bien que ses activités soient liées au crime organisé et non au terrorisme.

Peter Robinson pouvait demander à Londres de décider la suspension de l'Assemblée. Il a préféré démissionner après que David Cameron s'est déclaré "sérieusement préoccupé par la situation" et a appelé "l'ensemble des hommes politiques d'Irlande du Nord à travailler ensemble pour construire un meilleur avenir pour le pays".

La tension est montée d'un cran mercredi avec l'arrestation de trois hommes, dont le président du Sinn Fein en Irlande du Nord Bobby Storey, dans le cadre de l'enquête sur ce meurtre.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK