Le Brexit inquiète les diabétiques britanniques

Au Royaume-Uni, le document "Yellowhammer", dévoilé en août par le gouvernement britannique, détaille les pénuries qu’un Brexit sans accord pourrait engendrer. L’insuline fait partie des nombreux médicaments qui pourraient manquer à l’appel. Les entreprises pharmaceutiques tentent de se préparer au pire en se constituant d’énormes réserves.

L’insuline pourrait manquer

Pour Georgina, une Britannique atteinte d’un diabète de type 1, la situation est très préoccupante.

Je pense que depuis la publication de ces documents “Yellowhammer”, c’est assez évident qu’il pourrait y avoir des pénuries. Vous ne pouvez imaginer à quel point cela m’inquiète. Cela met ma vie en danger. Je peux vivre sans la pompe mais je ne peux pas vivre sans les tests de glucose. C’est aussi important pour moi que d’avoir un approvisionnement adéquat d’insuline”, confie-t-elle.

Les entreprises pharmaceutiques britanniques importent jusqu’à 37 millions de tonnes de médicaments par an, la plupart en provenance d’Europe. L’approvisionnement en insuline du Royaume-Uni provient uniquement de l’importation.

Un véritable cauchemar logistique

Le renforcement des contrôles douaniers aux ports français pourrait retarder les camions de plus de deux jours. Un véritable cauchemar logistique puisque les entreprises doivent tenir en compte la durée de repos réglementaire des conducteurs, l’autonomie des camions réfrigérés qui transportent les médicaments, les horaires des bateaux et des trains,… 

Le premier producteur mondial se veut rassurant

C’est sans précédent, totalement sans précédent. Je ne pense qu’on a déjà dû faire face à un problème logistique de cette importance. C’est normal de manquer d’approvisionnement pour certains produits, mais c’est quand même inhabituel”, explique le directeur général de Novo Nordisk UK, Pinder Sahota.

L’entreprise Novo Nordisk, le plus gros producteur au monde d’insuline est l’une des principales importatrices d’insuline au Royaume-Uni. Pour le moment, la plupart de nos médicaments transitent par Douvres, de Calais à Douvres. Nous anticipons que cela pourrait devenir plus congestionné”, poursuit le directeur général.

Il se veut malgré tout rassurant. A Novo Nordisk, nous nous préparons depuis trois ans, si pas plus, au scénario du pire. Nous avons donc augmenté notre stock – habituellement nous avons un stock pour tenir six semaines - pour tenir 18 semaines. Cela équivaut à 3,8 millions de paquets. Nous avons aussi augmenté nos capacités de stockage”. Mais pour Georgina, ces discours rassurants viennent un peu tard. “Je vois beaucoup de personnes âgées malades à l’hôpital où je vais et je me demande souvent ce qu’il va leur arriver. Et je parie qu’on n’en parle pas vraiment, c’est vraiment préoccupant de voir que ces personnes sont en quelque sorte ignorées.”

Prudente, Georgina a déjà fait des réserves de matériel nécessaire pour son traitement au cas où un Brexit sans accord viendrait bouleverser le pays. Il compte quatre millions de diabétiques. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK