La Serbie et le Monténégro en pole position pour rejoindre l'UE à l'horizon 2025

Il n'y aura pas d'élargissement supplémentaire des pays des Balkans sans que les problèmes ayant trait à des frontières soient résolus au préalable", a encore martelé ce mardi le président de la Commission Jean-Claude Juncker au Parlement européen.
Il n'y aura pas d'élargissement supplémentaire des pays des Balkans sans que les problèmes ayant trait à des frontières soient résolus au préalable", a encore martelé ce mardi le président de la Commission Jean-Claude Juncker au Parlement européen. - © FREDERICK FLORIN - AFP

La Serbie et le Monténégro pourraient rejoindre l'UE d'ici 2025, estime ce mardi la Commission européenne dans sa nouvelle stratégie pour les Balkans occidentaux. Cet horizon "ambitieux" exigera toutefois "une forte volonté politique" dans ces deux Etats, a-t-elle précisé.

Des efforts attendus de la part des 2 pays

En ce qui concerne le Monténégro, des progrès doivent en particulier être engrangés dans les domaines de l'Etat de droit et de la lutte contre la corruption et la criminalité organisée, a souligné l'exécutif européen.

Dans le cas de la Serbie, un consensus devra notamment être trouvé sur les importantes réformes requises en ce qui concerne l'Etat de droit et l'économie. Une normalisation complète des relations de Belgrade avec le Kosovo - qui s'est proclamé unilatéralement indépendant de la Serbie en 2008 - sera nécessaire avant une éventuelle adhésion.

"Il n'y aura pas d'élargissement supplémentaire des pays des Balkans sans que les problèmes ayant trait à des frontières soient résolus au préalable", a encore martelé ce mardi le président de la Commission Jean-Claude Juncker au Parlement européen.

Stratégie de rapprochement avec les pays des Balkans

La stratégie publiée par la Commission indique clairement que les autres pays des Balkans (Albanie, Macédoine, Bosnie-Herzégovine et Kosovo) sont susceptibles de rattraper leur retard. L'exécutif européen souligne par ailleurs que l'année 2025 n'est ni une date fixe, ni une date cible pour l'adhésion, mais plutôt "un horizon possible".

Pour favoriser le rapprochement des États de l'UE et de cette région, des actions concrètes relatives à l'État de droit, la sécurité et les migrations, le développement socio-économique, ainsi que la connectivité dans les secteurs des transports et de l'énergie devraient ainsi avoir lieu entre 2018 et 2020.

Cette stratégie "offre une perspective crédible et concrète d'intégration européenne pour chacun de nos six partenaires", a commenté la cheffe de la diplomatie de l'UE, Federica Mogherini. "Les prochains mois seront non seulement intenses, mais aussi déterminants pour que cette occasion historique et unique soit saisie", a-t-elle ajouté.

Extrait de la déclaration de Federica Mogherini, haute représentante de l'Union Européenne pour les affaires étrangères:

Elle confirme la possibilité d'un élargissement de l'union à six pays des Balkans (en anglais)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK