La police d’Istanbul arrête plus de 200 manifestants du 1er mai

La police turque a interpellé ce samedi 212 manifestants après des échauffourées lors de défilés du 1er mai sur fond de couvre-feu destiné à lutter contre l'épidémie de coronavirus, selon le bureau du gouverneur d'Istanbul et des témoins que l'agence Reuters a pu interroger. 

Au moins 100 manifestants ont été arrêtés alors qu’ils tentaient de rejoindre la place Taksim, lieu habituel de contestation, ainsi que dans d’autres quartiers dont la populaire avenue Istiklal, ont constaté des correspondants de l’AFP.

Des policiers ont violemment repoussé un groupe avec leurs boucliers, tandis que d’autres traînaient des manifestants au sol, selon un correspondant de l’AFP.

Selon l’Association des avocats contemporains d’Istanbul, spécialisée dans la défense de cas politiquement sensibles, quelque 170 personnes ont été arrêtées.

Confinement strict

La Turquie a mis en place un confinement strict depuis le 29 avril à cause d’une troisième vague épidémique qui tue un nombre record de malades chaque jour. Au moins 394 personnes sont mortes du Covid-19 vendredi, selon les autorités.

Les arrestations lors de la fête du travail du 1er mai sont monnaie courante en Turquie.

La place Taksim est un lieu de rassemblement le 1er mai, avec des affrontements fréquents, depuis que 34 personnes y avaient été tuées le 1er mai 1977, lors d’une période agitée de l’histoire moderne de la Turquie.

Au moins 11 personnes ont également été arrêtées à Ankara après avoir tenté de défiler samedi, ont rapporté les médias locaux.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK