L'idée des Verts européens: héberger des migrants au Parlement de Strasbourg

Le Parlement européen de Strasbourg
2 images
Le Parlement européen de Strasbourg - © FREDERICK FLORIN - AFP

Les élus Verts au Parlement européen ont proposé mercredi que des migrants en détresse soient hébergés dans les bureaux strasbourgeois des députés, lesquels, selon les écologistes, pourraient leur céder la place en allant travailler uniquement à Bruxelles.

La majorité des députés européens s'agacent régulièrement de devoir partager leur temps entre Strasbourg - où le Parlement a son siège officiel, mais où il ne se réunit qu'une semaine par mois, pour ses sessions plénières - et Bruxelles, où ont lieu les réunions de groupes politiques et de commissions thématiques. "Ce parlement dans lequel nous nous réunissons aujourd'hui (à Strasbourg), nous l'occupons moins de 50 jours par an", a souligné le chef de file des élus écologistes, le Belge Philippe Lamberts (Ecolo), au cours du débat qui a suivi le premier discours du président de la Commission Jean-Claude Juncker sur l'état de l'UE, largement dominé par la pire crise migratoire en Europe depuis 1945. "Pendant les 300 jours restants, les 750 bureaux de députés européens, chauffés, équipés de douches individuelles, restent vides et inutiles", a observé Philippe Lamberts.

"Nous proposons que cette résidence secondaire du Parlement européen, parfaitement équipée, soit mise à disposition pour l'accueil provisoire de migrants et de réfugiés, et que les séances plénières se déroulent à Bruxelles le temps nécessaire", a plaidé Philippe Lamberts, vantant une "action concrète et immédiate". "C'est faisable", a commenté de son côté Daniel Cohn-Bendit, l'ex-dirigeant historique des Verts qui a siégé pendant 20 ans au Parlement européen avant de prendre sa retraite politique l'an dernier. Il s'agirait de "transformer tout le parlement (strasbourgeois) en un centre d'accueil d'urgence", a expliqué Daniel Cohn-Bendit dans sa chronique quotidienne sur la radio française Europe 1.

Interrogée par l'AFP, la députée conservatrice française Anne Sander, qui défend le siège strasbourgeois du Parlement, a dénoncé de son côté une "idée loufoque" qui "pollue complètement le débat sur les migrants". "Ce n'est pas sérieux. A croire que tous les arguments sont bons pour attaquer Strasbourg, même ça!", s'est-elle désolée.

Retrouvez toute l'actualité européenne avec Euranet Plus, le premier réseau d'information européenne.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK